2021-12-03T17:09:37Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/sports/solitaire-figaro/soliatiredepart675.jpg

Actualités Publié le 03 décembre 2021

En 2022, la Solitaire du Figaro bat pavillon nantais

En août 2022, la course en solitaire et par étapes s’élancera de Nantes avec à son bord des skippers du cru. Cap sur cette 53e édition.

En 2019, la Solitaire, remportée par Yoann Richomme, avait déjà fait escale à Nantes.
En 2019, la Solitaire, remportée par Yoann Richomme, avait déjà fait escale à Nantes.

Que vous soyez un passionné de voile ou non, son nom ne vous est certainement pas inconnu. La Solitaire du Figaro, célèbre course en solitaire, s’élancera pour la seconde fois de son histoire de Nantes, le dimanche 21 août 2022. Capable de forger des destinées comme son slogan aime à le rappeler (« Ici naissent les légendes ! »), elle a vu passer Michel Desjoyeaux, Yann Eliès, Jérémie Beyou ou encore Armel Le Cléac’h.

Elle « fait rêver et constitue un chemin qu’il faut emprunter pour faire carrière dans la course au large », témoigne Damien Seguin, 7e du dernier Vendée Globe et qui a participé à la Solitaire en 2006. Nommé parrain de cette 53e édition, le licencié au SNO Nantes sera un spectateur attentif tout au long des trois étapes et des 1 979 milles (près 3 100 kilomètres) entre Nantes, Port-la-Forêt, Royan et un port d’attache final, désigné début 2022. 

Pointes bretonne, anglaise et galloise 

La trentaine de skippers et leurs bateaux – les Figaro Bénéteau 3 construits à Nantes, à Cheviré – auront fort à faire lors de ce périple, « avec du large, du côtier et des zones à forts courants ». Celui-ci les mènera notamment de la pointe de la Bretagne (chaussée de Sein) à celles de l’Angleterre (Scilly) et du Pays-de-Galles (Stockholm Island) et comporte pas moins de deux traversées de la Manche. « Ce n’est déjà pas simple d’arriver au bout de la Solitaire en temps normal mais là, il falloir s’accrocher ! », sourit Pierre Leboucher. Mais le natif de Nantes, licencié à l’ASPTT, a une (petite) longueur d’avance par rapport à ses concurrents. Tout comme Philippe Hartz, l’un des bizuths de cette 53e édition : « On a tous les deux débuté en naviguant sur l’Erdre », se remémore le commando de marine, originaire de Basse-Goulaine, et qui a bénéficié pour l’occasion d’une disponibilité. 

Après 2019, Nantes va donc de nouveau vivre au rythme du nautisme l’été prochain. Mi-août, un village sera installé au parc des Chantiers. De nombreuses animations à destination de tous les publics rythmeront les beaux jours, avant le grand départ du 21 août. Un départ qui en appelle d’autres. La ville de Jules Verne accueillera les « figaristes » en 2024 et 2026. «Une consécration pour la métropole nantaise et une reconnaissance de son ambition nautique », conclut Ali Rebouh, vice-président de Nantes Métropole délégué au sport de haut niveau.