2020-04-20T17:30:51Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/des%20idees/peinture675.png

Article d'info Publié le 20 avril 2020

Zéro déchet... même confinés !

Confinement : et si c'était le bon moment pour tendre vers le zéro déchet ? Zoom sur trois initiatives nantaises !

Peinture
Joséphine Dabilly propose des tutos pour enfants pour apprendre à faire de la peinture en mode "do it yourself"

1. Joséphine Dabilly, animatrice d'ateliers zéro déchet

Son objectif ? Démocratiser le zéro déchet et le rendre accessible à tous. Nantaise depuis 3 ans, Joséphine Dabilly a le déclic pour consommer autrement lorsqu'elle découvre, en scrutant la liste d'ingrédients contenus dans sa crème hydratante, une quarantaine de produits, dont des dérivés de pétrole. Depuis, la jeune femme organise des ateliers zéro déchet auprès de particuliers, d'entreprises, d'associations et de collectivités et anime une rubrique « fait maison » dans l'émission « Ensemble c'est mieux » de France 3 Pays de la Loire. Sur son site atelierszerodechet.fr et sa page Facebook ateliers zéro déchet, elle partage ses trucs et astuces pour fabriquer soi-même pendant le confinement. Parmi ses propositions, le shampoing à la farine de pois chiche, la lessive au lierre et la cire à épiler cartonnent, tout comme les tutos pour enfants pour apprendre à faire de la peinture ou de la pâte à modeler. « J'ai toujours aimé faire des expériences, confie la jeune femme. Fabriquer ses propres cosmétiques, produits ménagers et accessoires lavables, c'est simple, efficace, gratifiant, ça soulage la planète et le porte-monnaie. » Que les débutants se rassurent : « les rubriques sont garanties sans prise de tête ! »

2. BricoLowtech, de nouveaux objets pour de nouveaux usages

Créée en 2019, l'association BricoLowtech propose à ses membres de récupérer les déchets dans les espaces publics du quartier Nantes-Sud pour en faire de nouveaux objets du quotidien : toilettes sèches, marmite norvégienne... Jamais à court de bonnes idées, l'association multiplie les initiatives depuis le début du confinement. « Nous diffusons une à deux fois par semaine des tutos et recettes zéro déchet sur notre page Facebook pour valoriser les savoir-faire des habitants, comme le tuto « point d'eau économe pour enfants autonomes », qui a rencontré un vrai succès », explique Anne-Sophie Le Roux, porteuse du projet avec son mari. Depuis deux semaines, l'association se consacre essentiellement à la fabrication de masques en tissu pour les personnes fragiles ou les plus exposées du quartier avec plusieurs bénévoles et couturières. D'ici quelques jours, elle présentera le « seau bokashi » version lowtech, une « solution très pratique en temps de confinement qui permet de conserver ses déchets de cuisine à domicile sans odeur ni mouchette. » À suivre !

3. Lucie Amiot, blogueuse zéro déchet

Convaincue par le mode de vie zéro déchet, Lucie Amiot crée le blog « Mes petits instants » en 2014 pour partager ses bonnes adresses nantaises et ses premiers pas vers le zéro déchet. En parallèle, elle partage tous les jours sur son compte Instagram des astuces zéro déchet, des bonnes pratiques, un peu de jardinage et beaucoup de recettes ! « J'essaie de proposer des idées faciles et accessibles à mettre en place, explique la nantaise de 26 ans, comme le « do it yourself » zéro déchet pour fabriquer des tablettes de lave-vaisselle, de la lessive ou du shampoing solide. » Sa dernière expérimentation ? Infuser des fleurs de lilas dans du vinaigre pour en faire un adoucissant, « affaire à suivre sur ce dernier test », plaisante la blogueuse, toujours en quête de nouveautés. « Tendre vers le zéro déchet demande de mettre en place de nouveaux réflexes. Pour moi, c'est avant tout reprendre le contrôle sur les produits que l'on utilise au quotidien. Chacun va à son rythme, selon son mode de vie. Le plus important est de prendre conscience que chacun peut apporter sa pierre à l'édifice. »