2019-09-06T11:25:16Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/attractivite-tourisme/nantes%20digital%20week/ndwscopt675.jpg

Actualités Publié le 06 septembre 2019

Scopitone : 10 jours dans l’ancien MiN

Étienne de Crecy, Ryoichi Kurokawa, Chloé, Kompromat, Dombrance, Lawrence Malstaf, Amanda Parer, Molécule… et bien d’autres sont à l’affiche d’une 18e édition au format exceptionnel.

ndwscopt800.jpg

À 18 ans, on passe un cap et Scopitone ne déroge pas à la règle. L’édition 2019 du festival des cultures numériques s’annonce exceptionnelle à double titre : parce qu’elle investit l’ancien MiN sur l’Île de Nantes, promis à la démolition en fin d’année, et parce qu’elle s’étire sur dix jours au lieu de cinq les années précédentes. « La halle à marée sera le cœur du festival, avec des foodtrucks et bars ouverts midi et soir, des expos et des lives dans les anciens frigos », explique l’équipe organisatrice à Stereolux. La friche industrielle, ainsi transformée en friche artistique, abritera jusqu’à cinq scènes le dernier week-end, dont une scène « immersive ».

« Nous aurons une montée en puissance », confie Jean-Michel Dupas à Stereolux, qui signe une programmation « féminine à 60 %, axée sur la découverte, l’émergence, avec une scène très engagée... » Étienne de Crécy sera aux manettes – ou plutôt aux platines – de la soirée inaugurale. Autres sets attendus, le duo Kompromat réunissant Rebeka Warrior (Sexy Sushi) et Vitalic, Molécule avec deux lives à 360°, Chloé, le performeur nippon Ryoichi Kurokawa, la jeune prodige Calling Marian, les Djs Miley Serious, Shanti Celeste… Berlin, haut lieu des nuits européennes, sera représentée avec Lotic, Transforma…

Œuvres hybrides

Le site de l’ancien MiN autorise « une exposition beaucoup plus dense, ce qui nous a permis d’inviter 18 artistes, explique Cédric Huchet, programmateur arts numériques. Les performances vont s’étirer et donner à voir des œuvres très hybrides. »

Parmi les artistes présents : Lawrence Malstaf et une œuvre monumentale, Sébastien Wolf et « Brumes », un nuage d’eau généré par des ultrasons, David Bowen pour une installation autour du vent, Amanda Parer et ses gentils géants... Et si vous croisez un fauteuil motorisé commandé par un poisson rouge, pas de panique : il s’agit de l’étonnante « Machine to fish » du collectif Dardex !

Week-ends en famille

Scopitone propose différents temps de réflexion, avec des conférences et tables rondes reflétant les préoccupations liées au digital : place des femmes dans l’art numérique, avenir des nouvelles technologies, conservation des créations numériques, représentations du futur… Des temps « after-work » associeront des collectifs et artistes électro locaux.

Le festival est ouvert à toutes les générations, comme l’illustrent les ateliers en famille et coding-goûters, les visites guidées du site par des médiateurs. Une programmation famille et jeune public est mise en place les week-ends. Amime proposera un jeu-vidéo concert (« Zwandania », samedi 14). Deux ciné-concerts sont au menu : GaBLé avec « CoMiColoR », sur des cartoons d’Ub Iwerk (dimanche 15) ; Tom Leclerc, en écho au festival Digital Tbilisi dont Scopitone est partenaire, sur des films d’animation géorgiens (samedi 21). Enfin, The Brain clôturera le festival avec une « kids party » survoltée (dimanche 22).

Programmation complète et billetterie sur le site de Stereolux