2019-08-30T16:54:25Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/Semitan/navettehydro675.jpg

Actualités Publié le 30 août 2019

Le Jules Verne 2, une navette à hydrogène sur l’Erdre

C’est une première en France pour le transport fluvial de voyageurs. La navette « zéro émission » opérée par la Semitan a été inaugurée le 30 août, en même temps qu’une station d’approvisionnement d'hydrogène.

La navette ne produit aucune émission polluante et navigue silencieusement grâce à sa propulsion électrique.
La navette ne produit aucune émission polluante et navigue silencieusement grâce à sa propulsion électrique.
navettehydrogene800.jpg

Le silence. C’est la première impression du voyageur qui embarque sur le Jules Verne 2, la nouvelle navette fluviale opérant le passage entre les quartiers de Port-Boyer et du Petit-Port. Ce Navibus aux couleurs de la TAN a la particularité de fonctionner avec deux piles à combustible hydrogène, lesquelles alimentent en électricité le moteur nécessaire à la propulsion. L’autonomie du navire est de cinq à six jours.

« Pourquoi l’hydrogène ? Parce que c’est une énergie stockable, sans rejet de CO2, qu’on peut produire partout », explique Bertrand Affilé, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements. Un rappel de la feuille de route sur la transition énergétique adoptée en 2018 par la collectivité, dans laquelle elle s’engage à accélérer le développement de flottes de véhicules propres. La Métropole a financé à hauteur de 354 345 € la navette, représentant un investissement total de 678 000 € – l’Ademe et la Région apportant le reste du financement.

10 ans de développement

Le projet a été développé au sein d’un consortium réunissant la Semitan et six autres partenaires, et fait suite à un appel à projets de l’Ademe. « Cela représente presque dix ans de travail », souligne Olivier Le Grontec, directeur de la TAN, avant de préciser : « Nous comptons bien aller plus loin et travailler au couplage entre la production d’hydrogène et la production d’énergie renouvelable » – la production d’hydrogène nécessite en effet de l’électricité, qui provient pour l’heure du réseau classique.

« Nous avons énormément travaillé à la sécurité, remarque de son côté Pierre-François Gérard, le « Monsieur Hydrogène » de la Semitan. Les piles à hydrogène sont situées au-dessus des passagers, les batteries en dessous. » Construit en aluminium dans un chantier naval de Bouin, en Vendée, le Jules Verne 2 transporte 12 passagers (dont un fauteuil) et 6 vélos – même si sa capacité réelle est de 25 passagers et 6 à 10 vélos. À noter la présence à bord de sanitaires, conformément à la réglementation du transport public fluvial… même si le trajet entre les deux rives de dure que 3 minutes ! 62 000 personnes avaient utilisé ce service de Navibus en 2018.

Une station hydrogène à Saint-Herblain

En parallèle à l'inauguration de la navette, la Semitan a lancé une station mutualisée de production et de distribution d’hydrogène. Baptisée MuLTHy et installée dans le centre technique du boulevard Marcel-Paul à Saint-Herblain, elle produit 80 kg d’hydrogène par jour, permettant le plein quotidien de 40 véhicules.

La station alimente non seulement le Jules Verne 2, mais aussi une flotte de véhicules d’entreprises dont la Semitan, EDF, La Poste. L’objectif est de permettre à plus long terme un accès à l’énergie hydrogène sur le territoire et inciter les entreprises puis les particuliers à s’équiper en véhicules hydrogène. MuLTHY représente un investissement de 1,970 million d’euros, financé à hauteur de 957 000 € par Nantes Métropole et par des fonds européens pour 1 013 000 €.

À noter

Les horaires de la navette

  • En jour bleu de 7h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h15
  • En jour jaune de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h30
  • En jour violet de 10h à 12h et de 14h à 19h30
  • En jour blanc (dimanche et jour férié) de 14h à 18h45.