2019-09-12T16:02:14Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/enseignement-recherche/bilingue-breton/coursbreton675.jpg

Actualités Publié le 12 septembre 2019

Et si vous appreniez la langue bretonne ?

La rentrée est souvent synonyme de nouvelles activités. Pourquoi pas l’apprentissage du breton ? Une trentaine de cours sont dispensés dans l’agglomération, du débutant à l’expert.

Selon ceux qui l’enseignent, le breton n’est pas plus difficile à apprendre qu’une autre langue, malgré le peu de correspondances avec le français (photo Kentelioù an Noz).
Selon ceux qui l’enseignent, le breton n’est pas plus difficile à apprendre qu’une autre langue, malgré le peu de correspondances avec le français (photo Kentelioù an Noz).

« Ya d’ar brezhoneg ! » Si vous parliez breton, vous sauriez que cette phrase veut dire « Oui à la langue bretonne ! » Tous les ans, de plus en plus de personnes se mettent à l’apprentissage du breton, grâce à la trentaine de cours donnés sur l’agglomération. Ils sont plus de 200 à prendre des cours hebdomadaires et une centaine à suivre des stages plus ou moins intensifs. 645 élèves de la maternelle au secondaire sont également dans l’enseignement bilingue.

Pauline, 28 ans, est née dans un tout petit village près de Quimper et entendait ses grands-parents, et parfois sa mère, parler breton. Depuis 2 ans, elle est assidue à ses cours du soir. « Ce sont mes racines et je pense que c’est une richesse de parler une langue régionale. Si j’ai des enfants, je ne ferai pas la même erreur que mes parents, je les mettrai dans une école bilingue. Parce que c’est plus dur pour moi aujourd’hui que si je l’avais appris jeune ! »

Un diplôme d’État

« Il y a trois raisons majeures pour découvrir la langue, explique Visant Roué, directeur du pôle étude et développement à l’Office public de langue bretonne. D’abord l’envie personnelle : ce sont souvent des gens qui connaissent des parlants ou qui ont entendu régulièrement le breton. Ensuite le partage avec les enfants qui sont dans l’enseignement bilingue. Enfin l’objectif professionnel car de plus en plus de postes – plus de 1 500 aujourd’hui – requièrent cette compétence. »

Selon les enseignants, le breton n’est pas plus difficile à apprendre qu’une autre langue, malgré le peu de liens avec le français. « Nous utilisons les méthodes Oulpan et Ni a gomz brezhoneg, précise Liza Jakez-Vargas, enseignante dans l’association Kentelioù an Noz. Elles consistent à travailler l’oral, à faire parler, notamment avec des enregistrements. L’idée est de ne pas être scolaire et que les élèves participent le plus possible. »

Depuis 2011, un diplôme compétence et langue (DCL) d’Etat peut même être délivré permettant ainsi de connaître le niveau de langue. 1 200 personnes ont déjà obtenu ce diplôme qui s’appuie sur un référentiel européen.

À noter

Où prendre des cours de breton ?

  • Kentelioù an Noz est l’association qui donne la majorité des cours. Elle en propose une vingtaine à Nantes, Rezé, Sainte-Luce-sur-Loire, Indre, Le Loroux-Bottereau et Saint-Herblain. Cinq niveaux d’apprentissage. Stages week-end et semaine. 185€ l’année pour 1h30 de cours par semaine et adhésion de 20€. Infos au 02 40 20 39 74 ou sur le site de l’association
  • L’association Dolenn, à La Chapelle-sur-Erdre, propose un cours hebdomadaire de 1h30 pour débutant. Adhésion : 40€ l’année. Renseignements auprès du président Éric Launay au 06 44 78 42 22 ou eric.launay1403@laposte.net
  • L’amicale laïque des Marsauderies propose deux cours (initiation et perfectionnement). 169€ l’année pour 1h15 de cours hebdomadaire. Infos au 02 40 50 08 10  ou sur le site de l’amicale
  • L’université permanente de Nantes propose un cours de conversation hebdomadaire (niveau B1 exigé). 40€ pour l’année. Infos sur le site de l’université.