2019-10-21T11:14:03Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/logement-urbanisme/grand%20bellevue/pegase-675.jpg

Actualités Publié le 21 octobre 2019

Une nouvelle résidence sociale pour étudiants et jeunes actifs à Nantes

Inaugurée jeudi 17 octobre, la résidence sociale Pégase accueille depuis fin août des étudiants et jeunes actifs en difficulté de logement sur la métropole. Une étape vers davantage d’autonomie.

Au 6 boulevard Romanet, la résidence Pégase propose 42 logements étudiants et 60 logements pour jeunes actifs.
Au 6 boulevard Romanet, la résidence Pégase propose 42 logements étudiants et 60 logements pour jeunes actifs.

Au 6 boulevard Romanet, à quelques mètres de la station de tramway Croix Bonneau, la résidence Pégase accueille ses premiers locataires depuis fin août. Gérée par Espacil Habitat, cette résidence à vocation sociale propose 42 logements étudiants et 60 logements pour jeunes actifs. « Dans une métropole où les prix augmentent mais où les revenus restent modestes, ces jeunes ont de grandes difficultés pour se loger, précise Sophie Donzel, directrice générale d’Espacil Habitat. Ici, on leur met le pied à l’étrier avec un logement pas cher, confortable, bien placé et un accompagnement social. »

De 302 à 474€ avant APL

Les loyers vont de 302€ pour un appartement meublé étudiant en colocation à 474€ pour un T1bis meublé jeunes actifs, avant les allocations logement (APL). Ils bénéficient d’une laverie, d’une salle de convivialité, d’une salle de travail avec accès à un ordinateur, scanner, imprimante et de l’assistance d’une gestionnaire et d’une gestionnaire animatrice, Justine Bruelle. « Nous sommes là pour les aider dans leurs différentes démarches mais aussi pour qu’ils se rencontrent, discutent et passent du bon temps ensemble. »

Résoudre des difficultés d’hébergement

Cette résidence d’un coût de 8 millions d’euros a été en partie financée par l’Etat, la Région, Espacil Habitat et Nantes Métropole qui a également participé au choix d’un emplacement bien desservi par les transports en commun et les commerces. Alessandra est arrivée fin septembre, d’Italie. « Je suis assistante en langue dans des lycées et le CROUS n’avait plus de place pour moi. J’ai beaucoup cherché avant de trouver cette résidence. » Comme Alessandra, 64% des locataires habitaient en dehors de la Loire-Atlantique, 55% étaient logés chez leurs parents et 45% étaient dans une situation précaire ou transitoire d’hébergement.

Ça peut vous intéresser :