2021-10-05T18:18:00Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/cht/CHT_EP_2649_Y-Guin%20675.jpg

Actualités Publié le 05 octobre 2021

Le CHT, 40 ans d’histoire sociale

Rassembler et conserver les documents des mouvements ouvrier et paysan locaux : depuis 1981 à Nantes, le Centre d’histoire du travail (CHT) poursuit cette mission de préservation de l’histoire sociale locale.

Inauguration du CHT au salon Mauduit le 29 janvier 1982 (CHT. Coll. Yannick Guin).
Inauguration du CHT au salon Mauduit le 29 janvier 1982 (CHT. Coll. Yannick Guin).

Créé sous l’impulsion de l’universitaire Yannick Guin et du syndicaliste François Le Madec, le Centre d’histoire du travail n’a pas d’équivalent en France. « En 1980, quelques universitaires nantais et des syndicalistes, soutenus par les trois grandes confédérations syndicales ouvrières (CGT, CFDT et CGT-FO), ainsi qu’une quinzaine de mairies de Loire-Atlantique créent le Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail (CDMOT) à Nantes », relate Christophe Patillon, animateur-chercheur du CHT.
La structure est chargée de recueillir et de mettre en valeur les archives du monde du travail ouvrier et paysan de la Loire-Atlantique, et de doter le département d’une bibliothèque spécialisée en histoire sociale. Le CDMOT ouvre ses portes en 1981 dans un local situé au dernier étage d’un des bâtiments de la Bourse du travail de Nantes (ce site accueille depuis 2019 le pôle associatif Désiré-Colombe).
« Cette création est le fruit de l’histoire nantaise et locale. En 1968, le 8 mai, c’est une manifestation paysanne et ouvrière qui ouvre le mai nantais. Elle signe bien que ce sont deux mondes qui vivent et travaillent ensemble. Ils portent une même critique sur la façon avec laquelle le capitalisme se développe dans l’Ouest. »
Nantes est un terreau favorable. Les organisations syndicales trouvent les moyens de dépasser leurs divergences. Et offrent un accueil compréhensif au CDMOT, futur CHT.

De la Bourse du travail aux Ateliers et Chantiers de Nantes

En 1993, la Ville de Nantes lui propose de prendre place dans le bâtiment Ateliers et Chantiers de Nantes tout juste rénové. Le centre de documentation devient alors le Centre d’histoire du travail (CHT). Tout un symbole lié à la mémoire d’une partie de la Navale nantaise. « On gagne alors en qualité de travail. On quitte le dernier étage de la Bourse du travail qui a peu d’espace de stockage. Il y fait 40° l’été sous la verrière et 6° l’hiver ! » se remémore Christophe Patillon. La collecte se développe : FO, puis la CGT au début des années 90 et la CFDT confient au CHT leurs fonds d’archives locaux.
« L’important pour un centre d’archives, c’est la place pour bien stocker, préserver et archiver, et le bâtiment des anciens Ateliers et Chantiers de Nantes le permet. Nous pouvons également travailler avec la Maison des hommes et des techniques et le CID. »
En 40 ans, le CHT a accueilli environ 250 fonds d'archives de provenances diverses : militants ouvriers ou paysans, principalement du département de Loire-Atlantique, structures syndicales et politiques locales, organisations politiques ou syndicales nationales dont la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans, le Parti socialiste unifié. Enfin, le CHT abrite un centre de documentation militant : le Centre de documentation anarchiste (CDA) lui a confié la gestion de ses fonds « bibliothèque » et « périodiques ».

Une archive de 1833

Le CHT possède également 25 000 ouvrages et des milliers de photographies. « Cette richesse s’est construite au fil des années. Pour faire de l’Histoire, il faut avoir accès à des archives », souligne Christophe Patillon. La numérisation d’un certain nombre d’archives participe de leur préservation. « Notre plus vieux document date de 1833 : ce sont les statuts de l’association des typographes de Nantes. » Un document rare sur la genèse du syndicalisme en France. Numérisé, il est disponible sur le site du CHT.
Le passé nourrit le présent, et le CHT continue de se projeter. « Si l’on veut survivre et avoir un intérêt dans 10 ans, il ne faut pas oublier d’autres figures du salariat que l’ouvrier. Et s’intéresser plus au salariat féminin, celui d’origine immigrée. » Et toujours sur sa ligne : être le passeur de l’histoire sociale locale.

Pratique

Centre d'histoire du travail

Ateliers et Chantiers de Nantes
2bis, boulevard Léon-Bureau / Nantes
Tram ligne 1 / Chantiers navals
Contact : 02 40 08 22 04 et site du CHT