2021-06-15T08:52:37Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/edifices-patrimoniaux/notre-dame-de-bon-port/Notre%20Dame%20de%20Bon%20Port%20d%c3%b4me_675.jpg

Actualités Publié le 15 juin 2021

Notre-Dame-de-Bon-Port : cap sur la réouverture

Le chantier de restauration de l’église au dôme emblématique s’achève. L’édifice devrait accueillir à nouveau du public à l’automne 2021.

Des éclairages vont mettre en valeur le dôme emblématique de Notre-Dame-de-Bon-Port (photo Romain Boulanger).
Des éclairages vont mettre en valeur le dôme emblématique de Notre-Dame-de-Bon-Port (photo Romain Boulanger).

« C’est très émouvant… Mon père a été baptisé ici. Quand j’étais enfant, on allait toujours s’asseoir sur la gauche, près de la statue de la Vierge... » Ce vendredi matin, Armelle Tual, une retraitée originaire du quartier du Sanitat, a profité de la visite de chantier pour jeter un coup-d’œil à l’intérieur de Notre-Dame-de-Bon-Port. Elle n’avait pu y entrer depuis septembre 2018 et le début du vaste chantier de restauration piloté par la Ville de Nantes. Son verdict ? « Magnifique ! »

Pour cet édifice de style néo-classique, dédié à Saint-Louis et à la Vierge protectrice des marins, la cure de jouvence est affaire de temps. « C’est la première fois que des travaux d’une telle ampleur sont réalisés depuis la construction de l’édifice il y a 160 ans », souligne l’adjoint nantais au patrimoine, Olivier Chateau. La Ville y a consacré une enveloppe conséquente : « 5,4 millions d’euros sur cette seule première tranche », incluant 730 200 € de subventions de l’État, de la Région et du Département.

Le chantier s’est déroulé sans accroc, si ce n’est la crise sanitaire qui a généré un retard de 6 mois. « Jusqu’à fin juillet-début août, il nous reste à réaliser des travaux d’accessibilité », explique Didier Bernardeau, qui supervise l’opération à la direction du bâti de Nantes Métropole. Après la réouverture au public prévue en septembre, une deuxième phase restera à programmer. « Le calendrier n’est pas encore arrêté, précise Olivier Chateau, mais on sait maintenant de manière précise ce qu’il restera à faire. »

La fin du chantier en images

Le principal enjeu de la restauration concernait la restauration du dôme, du tambour qui le supporte et des couvertures basses de l’église.
Le principal enjeu de la restauration concernait la restauration du dôme, du tambour qui le supporte et des couvertures basses de l’église.
Les vitraux de Notre-Dame-de-Bon-Port ont été déposés pour être restaurés en atelier, les pièces desserties, nettoyées et réassemblées avant la repose.
Les vitraux de Notre-Dame-de-Bon-Port ont été déposés pour être restaurés en atelier, les pièces desserties, nettoyées et réassemblées avant la repose.
Un gros travail de restauration a été fait sur les décors peints de l’église, notamment la frise de 140 personnages. « On est allé dans le détail, l’extrême précision pour la moindre intervention », souligne Olivier Chateau.
Un gros travail de restauration a été fait sur les décors peints de l’église, notamment la frise de 140 personnages. « On est allé dans le détail, l’extrême précision pour la moindre intervention », souligne Olivier Chateau.
Toutes les pièces de charpente en mauvais état ont été remplacées, des couvertures en zinc restituées et des ardoises remplacées. Les travaux de réfection ont aussi concerné verrières et lucarnes. « La mise hors d’eau est essentielle pour la préservation des ouvrages intérieurs », explique Patricia Jaunet, architecte du patrimoine.
Toutes les pièces de charpente en mauvais état ont été remplacées, des couvertures en zinc restituées et des ardoises remplacées. Les travaux de réfection ont aussi concerné verrières et lucarnes. « La mise hors d’eau est essentielle pour la préservation des ouvrages intérieurs », explique Patricia Jaunet, architecte du patrimoine.
Un chauffage par le sol a été mis en place, et le grand parquet central restauré.
Un chauffage par le sol a été mis en place, et le grand parquet central restauré.
Le lustre central de 200 kg a retrouvé son aspect d’origine. Les verrines cassées ont été remplacées  et la partie basse restituée d’après une photo de l’époque.
Le lustre central de 200 kg a retrouvé son aspect d’origine. Les verrines cassées ont été remplacées et la partie basse restituée d’après une photo de l’époque.
Les restaurateurs ont procédé à une première mise en sécurité de l’orgue, classé au titre des monuments historiques. « Une importante restauration sera faite ultérieurement », explique Didier Bernardeau.
Les restaurateurs ont procédé à une première mise en sécurité de l’orgue, classé au titre des monuments historiques. « Une importante restauration sera faite ultérieurement », explique Didier Bernardeau.

Les clés de Saint-Donatien remises au diocèse

Six ans pratiquement jour pour jour après l’incendie qui a ravagé sa toiture, une cérémonie très symbolique s’est tenue à la basilique Saint-Donatien et Saint-Rogatien, lundi 14 juin 2021. Alors que le chantier de restauration s’achève, la Ville de Nantes a officiellement « remis les clés » de l’édifice à la paroisse. L’occasion pour Olivier Chateau, adjoint en charge du patrimoine, de remettre au Père Bonnet, le curé de la paroisse, une maquette de la basilique sculptée sur pierre.

Les semaines qui suivront seront consacrées à l’installation des mobiliers appartenant à la paroisse et à l’accrochage des différents tableaux historiques appartenant à la Ville de Nantes et en cours de restauration. La réouverture de la basilique au public est prévue pour septembre 2021, pour les Journées européennes du patrimoine.

La cérémonie de remise des clés a rassemblé, autour de la maquette en pierre de Saint-Donatien, Olivier Chateau, adjoint de la Ville de Nantes en charge du patrimoine, le Père Bonnet, curé de la paroisse, Didier Bernardeau de Nantes Métropole, l'architecte du patrimoine Pierluigi Pericolo et Yoann Rémy, tailleur de pierre.Métropole, l'architecte du patrimoine Pierluigi Pericolo et Yoann Rémy, tailleur de pierre.
La cérémonie de remise des clés a rassemblé, autour de la maquette en pierre de Saint-Donatien, Olivier Chateau, adjoint de la Ville de Nantes en charge du patrimoine, le Père Bonnet, curé de la paroisse, Didier Bernardeau de Nantes Métropole, l'architecte du patrimoine Pierluigi Pericolo et Yoann Rémy, tailleur de pierre.