2022-06-16T17:06:30Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/lieux%20culturels/cite%20des%20imaginaires/Jules_Verne_in_1892_800.jpg

Actualités Publié le 16 juin 2022

« L’œuvre de Jules Verne a beaucoup d’écho aujourd’hui »

Les collections du musée Jules Verne seront au cœur de la Cité des imaginaires. Agnès Marcetteau, spécialiste de l’écrivain nantais (1828-1905) et directrice de l’établissement qui lui est dédié, rappelle combien l’univers vernien garde son pouvoir d’évocation.

Nommée en 1983 à la Bibliothèque municipale de Nantes, dont elle est directrice, Agnès Marcetteau est conservatrice du musée Jules Verne depuis 2012. Elle a fondé la revue
Nommée en 1983 à la Bibliothèque municipale de Nantes, dont elle est directrice, Agnès Marcetteau est conservatrice du musée Jules Verne depuis 2012. Elle a fondé la revue "Planète Jules Verne" en 2013. Elle prendra sa retraite cet été. © Thierry Mézerette

Héritage vivant

« Je fais partie de ceux qui ont redécouvert Jules Verne, à une époque où il sortait progressivement des quelques purgatoires qu’il a connus. C’est une œuvre extrêmement intéressante et qui a beaucoup d’écho aujourd’hui. L’une de ses grandes qualités, c’est ce qu’elle permet d’interroger, ce qu’elle libère en matière d’imaginaire. C’est aussi une œuvre qui aborde différentes disciplines, qui permet de parcourir le monde, qui fait sens universellement, encore aujourd’hui. Elle mérite donc d’être connue, transmise aux nouvelles générations, partagée avec le monde entier – car Jules Verne est connu partout ! »

Précieuses collections

« Le musée Jules Verne existe à Nantes depuis 1978 et ses collections se sont progressivement développées. Il y a eu une date importante au début des années quatre-vingt, avec l’achat des manuscrits de l’écrivain, mais le travail patrimonial ne s’est jamais arrêté. Aujourd’hui, nos collections comportent les manuscrits de 100 romans et nouvelles, 11 555 références et 20 000 feuillets originaux, objets, mobiliers... et autres trésors issus des dons de Jules Verne lui-même, et d’une politique active d’achats et de dations de l’État. L’un de nos derniers achats, ce sont 2 000 pièces autour du cinéma et de l’adaptation des œuvres. »

Nouvelle dimension

« S’il est situé à un endroit idéal – Julien Gracq l’a dit mieux que moi –, le musée actuel est trop étroit pour présenter les collections nantaises aussi bien qu’elles le méritent, et pour donner à Jules Verne la dimension qui est la sienne. La Cité des imaginaires va offrir un espace beaucoup plus vaste, qui bénéficiera de tous les dispositifs muséaux pour présenter au mieux des documents souvent fragiles – en particulier les manuscrits, qui permettent d’entrer de plain-pied dans la fabrique de l’œuvre. Elle bénéficiera aussi de dispositifs de médiation à la hauteur. »