2023-12-07T10:56:13Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/securite-tranquillite-publique/brigade%20canine/brigade-cynophile800.jpg

Sécurité : des chiens policiers et un nouveau protocole avec le parquet en 2024

Actualités Publié le 07 décembre 2023

La Ville de Nantes poursuit le développement de sa police municipale et accueillera, dans ses services, des personnes condamnées à une peine de travail non rémunéré. Explications.

Le berger malinois est une race plébiscitée par les services de police. © image d'illustration
Le berger malinois est une race plébiscitée par les services de police. © image d'illustration

La police municipale aura bientôt des compagnons à quatre pattes ! Votée au conseil municipal du vendredi 8 décembre, la création d’une première brigade canine verra le jour en 2024. Elle sera suivie d’une seconde, en 2025. À terme, ce sont donc 4 maîtres chiens et 4 bergers malinois, « une race très athlétique », qui arpenteront la Cité des Ducs de Bretagne. Ces brigades seront employées lors des interventions entre 6h30 et 2h du matin. « Les chiens ont une vocation dissuasive sur l’espace public, explique Patrick Pottier, chef de service à la police municipale. Ils sont aussi vecteurs de communication, on constate que beaucoup de personnes viennent à notre rencontre quand nous sommes en leur compagnie. » Les recrutements interviendront au premier semestre 2024. La première brigade sera opérationnelle à l’automne 2024.

Mesures de travail non rémunéré à délai rapproché

Autre nouveauté : la signature d’un protocole avec le parquet de Nantes et le service pénitentiaire d’insertion et de probation de la Loire-Atlantique. Concrètement, les services de la Ville de Nantes pourront désormais recevoir des personnes contre lesquelles ont été prononcées des mesures de travail non rémunéré à délai rapproché (TNRDR). Ce dispositif intervient dans un délai de deux mois après la commission de l’infraction pour punir l’auteur par la réalisation d’une action bénéfique pour l’intérêt commun. Objectif : favoriser sa réinsertion et éviter la récidive.