2021-11-05T12:25:38Z https://metropole.nantes.fr/files/images/egalite-discriminations/egalite/cinematopgraphe-675.jpg

Article d'info Publié le 05 novembre 2021

Au Cinématographe, l'égalité en format cinémascope

Accueil des publics, programmation, partenariats : le cinéma associatif fait vivre l'égalité dans toutes les dimensions de son activité.

Cinematographe2.jpg

Cinéma associatif, le Cinématographe diffuse 500 films par an avec l'implication de 10 salariés et d'une quarantaine de bénévoles. En 2024, il déménagera cours des 50 otages dans des locaux plus grands et plus accessibles (voir Nantes Passion d'octobre 2021). Le cinéma emportera dans ses valises une expérience déjà solide pour faire vivre l’égalité.

Un cinéma vraiment pour toutes et tous

Le Cinématographe a intégré depuis longtemps les enjeux d'accessibilité et s’est équipé de dispositifs adaptés : audiodescription pour les personnes malvoyantes, renfort sonore grâce à des casques et des boucles magnétiques pour les spectateurs malentendants. Le cinéma expérimente de nouveaux appareils : des gilets vibrants donnent un accès sensoriel aux personnes sourdes, des dispositifs de lecture des sous-titres permettent aux personnes dyslexiques de suivre les films. "Il faut aussi assurer un accueil humain et chaleureux, explique Samuel Hindié, chargé des publics. Nous avons formé nos bénévoles pour guider les personnes non voyantes, accueillir en langue des signes. Nous avons aussi réalisé une présentation en Falc du cinéma".

Des films qui parlent d'égalité

La programmation du Cinématographe fait la part belle aux enjeux d’égalité femmes-hommes, de lutte contre les stéréotypes... En partenariat avec l’association Ciné femmes et le Planning familial, le Cinématographe programme des œuvres à dimension féministe. Avec la Cimade, des films sur la réalité migratoire sont proposés à l’occasion du festival Migrant’s scène à l'automne. En décembre, l’association revisite l'arbre de Noël avec une séance "baobab de Noël" en lien avec l’association les Bienveilleurs 44 qui agit avec les réfugiés. Au CHU, le Cinématographe intervient auprès d'enfants appareillés et réussit à convaincre les familles qu'ils peuvent aller au cinéma malgré leur état de santé.

Tarifs accessibles et tickets solidaires

L'association défend l'inclusion sociale. "Les tarifs des séances se veulent accessibles au plus grand nombre, et ils le resteront avec le nouvel équipement, précise Catherine de Grissac, trésorière de l'association. Nous faisons vivre une mission de service public". Le cinéma associatif s’engage avec la Ville de Nantes sur le dispositif Carte Blanche pour l'accès à la culture. Avec Ciné vendredi, le Cinématographe propose une fois par mois une séance pour les Nantais et les Nantaises les plus éloignés des salles obscures, en partenariat avec l’ACCOORD qui mobilise et accompagne les familles pour l'occasion. Un dispositif de places prépayées par des spectateurs solidaires permet aussi à des personnes en très grande précarité d’avoir accès à la culture avec l'aide d'associations engagées à leurs côtés comme Cultures du cœur et Le Carillon.

Les partenariats sont nombreux. "Nous travaillons avec la Protection judiciaire de la jeunesse, des crèches, des assistantes maternelles, l'Orpan... On en oublie sûrement !" s'amuse Catherine de Grissac.

Ça peut vous intéresser