2019-07-22T14:02:23Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/eau/tougas/tougas-675.jpg

Actualités Publié le 22 juillet 2019

Traitement des eaux : un pas de plus vers la transition énergétique

Nantes Métropole renouvelle sa collaboration avec Suez pour faire entrer le traitement des eaux usées dans une démarche de transition énergétique.

La Métropole confie à Suez la gestion des eaux usées.
La Métropole confie à Suez la gestion des eaux usées.

Le 1er janvier 2019, Nantes Métropole signait un nouveau contrat de 7 ans avec Suez. 84 millions d’euros ont été confiés à la firme pour qu’elle gère les 19 stations d’épuration sur le territoire. La métropole renouvelle ainsi sa collaboration avec le groupe, mais l’investit de nouvelles missions d’innovation afin de traiter de manière plus écologique les 30 millions de m³ d’eau utilisés chaque année par les habitants et les entreprises de la Métropole.

« C’est un honneur d’avoir gagné la confiance d’une collectivité ambitieuse en matière de transition énergétique, a remercié Maximillien Pellegrini, directeur délégué général Eau de Suez, la semaine dernière en conférence de presse. Les passionnés qui travaillent pour notre grand groupe vont pouvoir apporter leur expertise sur le terrain, main dans la main avec les agents de la Métropole ».  

Deux axes majeurs structurent cette nouvelle collaboration. En premier lieu : quadrupler la production d’énergie verte pour l’usine de Petite Californie en 2021, en transformant par exemple le biogaz issu des boues en bio-méthane pour le réinjecter dans le réseau GRDF. Deuxièmement, réduire de 17 % les consommations énergétiques des usines de l’agglomération. « Notre métropole est un territoire d’expérimentation en matière de transition énergétique, explique Fabrice Roussel, 1er vice Président de Nantes Métropole, c’est pourquoi nous souhaitons travailler avec des groupes privés à la pointe, notamment dans les domaines de la recherche et du développement ».

Lutter contre les micros-polluants

Le contrat prévoit d’autres axes majeurs. Par exemple, assurer la préservation de l’environnement en luttant contre les micro-polluants, fournir au monde agricole des engrais organiques ou encore améliorer le service d’assainissement. En parallèle, la démarche NOSE a été lancée pour limiter les odeurs évacuées pendant les processus d’épuration. Pour cela, un jury de nez sera constitué avec un panel de riverains d’ici 2020. De son côté, Mireille Pernot, Vice-Présidente de Nantes Métropole annonce que ces investissements n’auront pas d’impact sur la facture d’eau des usagers. « Nous souhaitons innover tout en conservant un prix de l’eau accessible à tous. Nous sommes l’une des métropoles les moins chères en terme d’eau et nous entendons bien le rester !».

 

Ça peut vous intéresser :