2019-11-28T11:09:01Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/logement-urbanisme/breil/breil-675.jpg

Actualités Publié le 28 novembre 2019

Quel visage demain pour le cœur de quartier du Breil ?

Le cœur du Breil, meurtri par les violences de juillet 2018, va se transformer. Nantes Métropole et la Ville de Nantes lancent une étude urbaine, paysagère et sociale pour imaginer son évolution avec les habitants et les acteur du quartier.

Une étude est lancée pour imaginer la transformation du cœur du Breil. Elle englobe le secteur compris entre l’ancien centre commercial, la place Breil-Feyder et l’église Saint-Luc.
Une étude est lancée pour imaginer la transformation du cœur du Breil. Elle englobe le secteur compris entre l’ancien centre commercial, la place Breil-Feyder et l’église Saint-Luc.

Une place pour le quartier ? Cette question suscite visiblement de l’intérêt au Breil, quartier populaire situé au nord-ouest de Nantes. La réunion de lancement d’une étude, destinée à repenser le cœur de quartier, a fait salle comble jeudi 3 octobre. « Ce projet vise à donner un nouvel élan au Breil», expliquent Myriam Naël, adjointe au maire chargée de la la politique de la ville, et Cécile Bir, adjointe du quartier Breil-Barberie. « Nous devons le construire ensemble ».

À la fois urbaine, paysagère et sociale, cette étude - qui va durer un an - englobe un périmètre assez large, entre l’ancien centre commercial, en partie détruit par les violences de juillet 2018, la place Breil-Feyder et l’église Saint-Luc. «L’objectif est de recueillir les envies et les attentes des habitants pour ensuite les mettre en musique de manière cohérente, en réfléchissant à la fois aux espaces publics, aux commerces et aux lieux de rencontre », indique Jérémy Gouellou, urbaniste en charge du projet au sein du groupement TICA / 53 TER / Links / Alizés.

Deux mois de rencontres, un an d’étude

Composée d’architectes, paysagistes et sociologue, cette équipe pluridisciplinaire va arpenter le quartier d’octobre à novembre 2019 afin de dresser un diagnostic. « Nous serons là souvent pour observer les pratiques, les lieux où les gens se retrouvent, écouter et aller au-devant des habitants, notamment des jeunes, prévient Claire Beauparlant, sociologue. Il est important d’entendre la diversité des points de vue car certaines attentes peuvent parfois être contradictoires ». Ces rencontres au hasard des rues seront complétées par une série d’entretiens avec les commerçants, les professionnels de santé et les associations du quartier. Objectif ? Présenter et débattre des premières pistes d’aménagement en janvier, avant de passer au dessin du projet au cours de l’année 2020.

Quels lieux de convivialité ? Où se poser, s’amuser, papoter ? Quelle offre médicale et commerciale pour conforter l’existant ? Quels sont les éléments du patrimoine à valoriser ? « Le projet est pour le moment une page blanche, à construire de manière participative», insiste Myriam Naël. Plusieurs idées, comme l’installation d’un marché, ont déjà été lancées. Un groupe de citoyens a même présenté une première maquette illustrant leurs envies. Le devenir du centre commercial sera bien entendu au cœur des échanges. « L’objectif et de reconstruire ses fonctions à long terme, en ramenant de  la nature, des jardins, davantage de commerces, précisent les élues. L’étude va nous permettre d’avancer en même que nous cherchons des solutions intermédiaires pour reloger les professionnels touchés par les incendies».

Abandon du projet d’habitat participatif

Saïd En-Nemer salue le lancement de cette démarche : «Je me suis battu pour que cette place devienne un lieu de vie, notamment pour les jeunes. Aujourd’hui, il y a peu de choses pour eux dans le quartier ». Comme de nombreux habitants, le président de l’association Breil Jeunesse solidarité (BJS) accueille positivement l’abandon du projet d’habitat participatif, qui devait sortir de terre à l’angle des rues Feyder et du Breil. « Ce projet cristallisait les inquiétudes, reconnaît Myriam Naël. Les conditions ne sont pas réunies pour qu’il voit le jour à cet endroit ». Le projet de crèche, prévu en rez-de-chaussée de l’immeuble, n’est pas pour autant abandonné.  « Il y a un vrai besoin, au Breil comme dans le reste de la ville», note Myriam Naël.

Calendrier des rencontres

  • Octobre-novembre 2019 : rencontres sur le terrain avec les habitants et usagers, entretiens avec les professionnels et associations du quartier.
  • Janvier 2020 : retour de terrain. Échanges « cartes sur table » sur les enjeux et les premières pistes présentées par l’équipe TICA, 53 TER, Links et Alizés.
  • Courant 2020 : écriture du projet

Pour en savoir plus sur cette étude, participer ou donner son avis, contacter l’équipe de quartier Breil-Barberie au 02 40 41 61 60.

Ça peut vous intéresser  :