2021-11-04T09:22:42Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/conservatoire/Choeur%20conservatoire_675.jpg

Actualités Publié le 04 novembre 2021

À Saint-Donatien, le Requiem qui ne voulait pas mourir

Le projet a failli sombrer plusieurs fois. Mais la collaboration inédite entre le Conservatoire et Musique sacrée à la Cathédrale de Nantes débouchera bien sur deux représentations, les 12 et 13 novembre.

Co-production du Conservatoire de Nantes et Musique Sacrée à la Cathédrale, la programme « Amadeus » comprend deux sonates d’église  pour deux violons, violoncelle et orgue, et le Requiem.
Co-production du Conservatoire de Nantes et Musique Sacrée à la Cathédrale, la programme « Amadeus » comprend deux sonates d’église pour deux violons, violoncelle et orgue, et le Requiem (© DR).

C’est l’histoire d’un Requiem qui prend les allures de chemin de croix... Une histoire qui commence début 2020, quand le Conservatoire et Musique sacrée à la Cathédrale de Nantes décident de monter au cœur de Nantes l’ultime chef-d’œuvre de Mozart (1756-1791). L’équipe artistique réunie autour de Valérie Fayet, cheffe de chœur de l'ONPL et professeure au Conservatoire, et d’Étienne Ferchaud, directeur de la Schola de la cathédrale de Nantes, voit grand. Le Requiem doit être chanté et joué par une soixantaine de grands élèves de l’établissement municipal (instrumentistes et chanteurs), une trentaine de choristes de la Schola et des solistes professionnels. L’événement est alors prévu en novembre 2020.

Pour cette œuvre grandiose, écrite par le compositeur autrichien dans ses derniers jours, la cathédrale offre un cadre prestigieux – le Conservatoire et Musique sacrée avaient déjà monté ici les Requiem de Fauré et de Duruflé. Mais un drame survient en juillet : « L'incendie de la cathédrale oblige à changer de lieu, raconte Valériane Valdelièvre, en charge de la communication au Conservatoire, et le concert est déplacé à l'église Notre-Dame-de-Toutes-Joies, toujours pour novembre 2020. »

Ni Toutes-Joies, ni Folle Journée

C’était compter sans les aléas de la crise sanitaire. Dans les derniers jours d’octobre, la 2e vague de Covid-19 amène le gouvernement à reconfiner le pays. Toutes les représentations artistiques publiques sont annulées ou reportées. Le Requiem du Conservatoire et de Musique sacrée n’intègrera pas non plus la Folle Journée, en janvier 2021 : ses organisateurs sont contraints d’annuler au dernier moment l’édition intitulée « Bach et Mozart, la lumière et la grâce ».

Les deux structures nantaises se tournent alors vers la basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, où le long chantier de restauration touche à sa fin. Le curé de la paroisse, cependant, doit quitter ses fonctions une fois la basilique restituée. Et c’est son successeur, le père Bertrand Fayolle, qui hérite du projet musical. « Mi-octobre, tous les feux sont enfin au vert pour annoncer le concert officiellement », se réjouit Valériane Valdelièvre.

Un année aura passé depuis la programmation initiale. Mais vendredi 12 et samedi 13 novembre, dans une basilique Saint-Donatien superbement restaurée, le public nantais pourra enfin applaudir le projet artistique miraculé. « C’est extraordinaire pour les élèves de pouvoir jouer ce chef d’œuvre dans leur scolarité. Ils sont ravis et concentrés ! » souligne de son côté Valérie Fayet, soulagée que « le Conservatoire ait maintenu ce concert, qui sera le aussi le premier oratorio joué à Saint-Donatien depuis sa réouverture ».

Pratique

Amadeus : Requiem et Sonates d'église : représentations vendredi 12 à 20h et samedi 13 novembre 2021 à 15h, basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien. Gratuit sur réservation sur le site de Musique sacrée à la cathédrale de Nantes.