2021-11-17T14:43:17Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/etmadouche/Unedouchepourtous675.jpg

Actualités Publié le 17 novembre 2021

Une salle de bain itinérante pour les sans-abri

Dans leur camping-car aménagé, les bénévoles de l’association Etmadouche? sillonnent l’agglomération nantaise trois soirs par semaine à la rencontre des personnes de la rue. Une douche, un café et une bonne dose de chaleur humaine.

Le camping-car a été réaménagé pour accueillir une salle de bain confortable. Crédit : Céline Jacq pour Nantes Métropole.
Le camping-car a été réaménagé pour accueillir une salle de bain confortable. Crédit : Céline Jacq pour Nantes Métropole.

Lundi 15 novembre, 18h45. La nuit noire enveloppe déjà les rues nantaises et le froid saisit les corps. Emmanuelle Drouin, présidente de l’association Etmadouche? et Fañch, bénévole, quittent le parking de la Marrière où est stationné le camping-car pour rejoindre Saint-Sébastien-sur-Loire. Le duo, doudounes siglées sur le dos, retrouve Francis, 30 ans, qui vit en tente. « Emma » est une figure familière. « On s’est rencontrés il y a 8 ans quand elle était bénévole aux Restos du Cœur, c’est une grande amitié, souligne le jeune homme en roulant sa cigarette. Quand j’ai su que c’était elle qui gérait ce dispositif, j’ai tout de suite eu confiance. » Francis utilise la douche itinérante deux soirs par semaine. « Le lundi et le jeudi. Le reste du temps, j’ai des lingettes. C’est important d’être propre par rapport au regard des gens mais surtout pour soi-même. »

Avant de grimper dans la salle de bain, désinfectée après chaque passage pour respecter le protocole sanitaire, Emma lui propose des pantalons et des hauts. L’association fournit serviettes, vêtements, duvets et kits d’hygiène. « Tout est issu de dons, sauf les caleçons et les chaussettes pour hommes que l’on achète. » Après la douche, pas de café pour Francis, « c’est trop tard », mais un brin de causette. « Avec eux, je suis au calme. Ça me détend avant de me poser dans mon duvet et de regarder un film. »

« Prendre le temps d’échanger »

Le camion reprend la route, direction le Vieux Doulon puis Chantenay. « L’été, on peut marauder jusqu’à minuit et monter jusqu’à 10 douches par soir mais l’hiver, on ne voit plus personne après 22h30. Avec le froid, les gens sont enveloppés dans leurs duvets. On ne veut pas les déranger. Nous ne sommes pas dans une course à la douche, l’objectif c’est vraiment de prendre le temps d’échanger avec les personnes. »
Fondée en 2016 « par une bande de copains » sur le modèle de Mobil’Douche à Paris, la salle de bain itinérante était à l’origine dédiée aux femmes. « En maraudant avec les Restos du Cœur, je me demandais comment elles faisaient pour avoir accès à l’hygiène qui est essentielle pour la dignité, précise Emmanuelle Drouin, ex-gérante de guinguette en reconversion professionnelle. On a ouvert la douche à un public masculin car nous pratiquons un accueil inconditionnel. Et si on refuse les hommes, on ne peut pas rencontrer les femmes car certaines ne se déplacent qu’avec leurs compagnons. » En France, 40 % des sans-abri sont des femmes. « Invisibilisées », elles ne représentent pourtant que 20 % des utilisateurs de la douche mobile.

Aujourd’hui bien identifiée parmi les acteurs de la rue à Nantes, l’équipe entièrement bénévole travaille en lien étroit avec le Samu social et les associations. « On a un cahier de liaison qui nous permet de savoir qui a été vu récemment, si quelqu’un ne va pas bien… Certains se sortent de la rue puis y reviennent, ce n’est jamais une bonne nouvelle quand on les retrouve. Mais je suis toujours positive, une dame qui avait des années de rue est aujourd’hui stabilisée dans un appartement. Rien n’est jamais perdu. »

À noter

Pour suivre l’actualité de l’association : facebook.com/Etmadouche

Pour soutenir Etmadouche? : helloasso.com/associations/etmadouche

Contact : etmadouche@gmail.com

L'info en plus : D’autres initiatives existent. L'Espace Agnès Varda regroupe les bains-douches municipaux et le restaurant social municipal, rue Pierre Landais.