2021-10-06T14:25:07Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/SISM/sism675.jpg

Actualités Publié le 06 octobre 2021

3 bonnes raisons de venir aux Semaines d’Information de la santé mentale

Organisées chaque année à Nantes, les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) proposent des rencontres, des débats et des spectacles pour casser nos représentations et favoriser l’accès aux soins. Cette 32e édition des SISM est programmée du 4 au 17 octobre.

Le Parc de Procé (© Nantes Métropole)
Le Parc de Procé (© Nantes Métropole)

1. C’est un moment privilégié pour s’informer sur les troubles de la santé mentale

Encore tabous, les troubles de la santé mentale touchent pourtant en moyenne 3 personnes sur 10 au cours de leur vie. Ils peuvent prendre des formes différentes : stress, angoisse, dépression ou bipolarité et entraînent un mal être qui se traduit par de l’isolement, des conduites addictives ou une difficulté à travailler. Les solutions pour vivre avec sont pourtant nombreuses et variées mais mal connues. Tous les ans, et dans toute la France, les Semaines d’informations de la santé mentale convient habitants et spécialistes autour de la table pour échanger autour de ces thématiques. C’est le moment ou jamais de briser les clichés et de se renseigner, pour soi ou ses proches.  

2. Pour les pièces de théâtre et le sport

Portes-ouvertes, conférences sur la bipolarité, balades bucoliques… Les SISM rassemblent une dizaine d’événements. Parmi eux, plusieurs temps forts dont la pièce de théâtre « Folle » qui raconte l’expérience d’une jeune institutrice débarquant dans un institut recevant des enfants atteints de troubles psychiques. Pour la découvrir, rendez-vous le vendredi 8 octobre à 19h30 à la maison de Quartier de Doulon, inscription au 02 40 41 98 76. 

Si vous préférez les salles de sport aux fauteuils rouges, vous pouvez aussi vous rendre aux ateliers sports animés par Dynamixt. Avec ou sans basket, une seule règle : pas de complexe. Chacun pourra profiter d’activités comme le renforcement musculaire, la gym douce, la marche ou le foot. Du mardi 5 au samedi 16 octobre. Pour plus d'infos, contactez Pierre (06.07.31.07.17), Marlène (06.45.95.81.00) ou consutlez le site internet de Dynamixt.
 

3. Pour assister à l’ouverture du Clubhouse

Le Clubhouse est un nouveau lieu dédié à l’écoute et à l’accompagnement des personnes atteintes de troubles psychiques difficiles comme la schizophrénie ou la bipolarité. Véritable passerelle entre le suivi médical et le retour à la vie active, les usagers sont amenés à co-gérer le lieu avec les salariés pour reprendre confiance en eux et en leurs capacités professionnelles. Sur le modèle du Clubhouse de Paris, Lille ou Lyon, le Clubhouse de Nantes sera inauguré les 13 et 14 septembre. Inscription sur Hello Asso : nantes@clubhousefrance.org ou au  02 40 35 15 41
 

Consultez le programme de la 32e édition des SISM

Les SISM, c'est aussi l'occasion de briser les clichés sur les troubles psychiques

Corinne Lambert, chargée de mission Santé à la ville, brise les idées reçues sur les troubles psychiques.  

Idée reçue 1 : les troubles psychiques, ça ne concerne que les fous !

« Nous naissons tous avec une santé mentale qui nous est propre. Certains sont un peu plus fragilisés, mais nous pouvons tous êtres touchés, de près ou de loin, par des souffrances psychiques. Les troubles psychiques sont très variés et très répandus. Ils concernent 27 % de la population européenne, soit une personne sur quatre. Par définition, un trouble psychique, c’est un mal-être qui s’installe dans nos pensées dans la durée, et qui crée des comportements qui impactent notre vie quotidienne (solitude, tristesse, comportements addictifs). Ils n’ont rien à voir avec ce que l’on appelle communément « la folie »... On peut être atteint d’un trouble à un moment difficile de sa vie (deuil, séparation, burn out) ou de manière chronique. »

Idée reçue 2 : les troubles psychiques, c’est une fatalité !

« Même si la santé mentale reste l’un des parents pauvres de la Recherche, les troubles psychiques ne sont plus une fatalité. On peut très bien guérir ou se remettre de troubles comme la dépression ou l’anxiété. D’autres troubles peuvent nous suivre toute la vie comme la bipolarité ou la schizophrénie. Ils impliquent de vivre avec, mais les réponses pour s’apaiser sont nombreuses et là encore, il est possible de s’en remettre. Peu importe le trouble, la personne qui souffre a besoin d’empathie, d’écoute et de patience de la part de ses proches et des soignants. »

Idée reçue 3 : une ville ne peut pas influencer la santé mentale !

« Toutes les études montrent que l’environnement de la Cité a un impact direct sur la santé mentale des citoyens. La psyché humaine s’épanouit d’avantage au milieu d’espaces verts et d’un cadre de vie apaisé. L’environnement est aussi le premier critère de choix lorsque l’on recherche un logement. Les collectivités peuvent donc mettre la santé mentale au cœur des choix urbanistiques et mettre en œuvre des actions de sensibilisation auprès des citoyens. À Nantes, les SISM font partie de ces mesures. »

Cliquez ici pour trouver du soutien psychologique ou télécharger le guide santé mentale