2019-04-09T09:55:15Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dialogue-citoyen/Grand%20debat/oldupgranddebat675.jpg

Actualités Publié le 09 avril 2019

Old’Up : la voix essentielle des plus âgés

À Nantes, cette association de « plus si jeunes, mais pas si vieux » réfléchit pour apporter du sens à l’allongement de la vie. Elle profite du Grand Débat sur la longévité pour souligner que les seniors doivent rester actifs et entendus et garder le droit à décider jusqu’au bout de leur vie.

Les bénévoles d’Old’up cassent les clichés sur le vieillissement.
Les bénévoles d’Old’up cassent les clichés sur le vieillissement.

Crée à Paris en 2008, Old’Up défend l’idée d’un vieillissement citoyen et épanouissant. Selon George Hervouet, le septuagénaire qui a fondé l’antenne nantaise il y a deux ans : « il faut oser exister, pour transformer le regard, de la société mais aussi des personnes âgées elles-mêmes, sur la vieillesse ». Ainsi, les 25 bénévoles d’Old’Up Nantes, âgés de 70 à 91 ans, se réunissent régulièrement en groupes de paroles pour échanger sur des thèmes qui les concernent de façon directe, comme l’habitat partagé, l’informatique, les relations familiales, l’autonomie, la sexualité, ou encore la restitution des souvenirs.

Un vieillissement participatif

Ces experts du vieillissement durable refusent l’infantilisation, et entendent bien faire valoir leur avis sur la longévité dans le cadre du grand débat qui se tient jusqu’au 31 mai sur la métropole nantaise. « Ce n’est pas parce que nous marchons plus lentement que nos capacités de réflexion, de discernement et de décision sont altérées ». Pour George Hervouet, ce débat doit donc se faire avec la voix des seniors. « N’oublions pas que protéger quelqu’un sans recueillir son avis, même pour une petite décision, entraîne un processus d’exclusion ».

Acteurs et citoyens

Old’Up souhaite porter plusieurs idées dans ce débat, comme la nécessité de nouer des relations intergénérationnelles, pour que les nouvelles technologies puissent servir plus efficacement la vieillesse. Il s’agit également de rappeler les deux convictions fortes de l’association : la volonté de vieillir en restant des citoyens à part entière, actifs et entendus, et celle de pouvoir décider, jusqu’au bout, de ses conditions de vie. Le 17 mai, dans le cadre du festival citoyen programmé en fin de débat, George Hervouet et le Dr Vincent Ould-Aouaida, président du Gérontopôle, donneront une conférence à deux voix pour présenter leurs travaux. Une occasion de montrer au public que le vieillissement peut être créateur, « pour plus d’utilité et de plaisir ».

À noter

Contribuez au grand débat sur la longévité jusqu’au 31 mai sur le site du Grand débat