2019-09-06T15:08:28Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/conservatoire/conservatoiremix675.jpg

Actualités Publié le 06 septembre 2019

Le Conservatoire de Nantes s’engage vers plus de parité

Mary Wigman, Ariane Mnouchkine, Nina Simone... le Conservatoire rend hommage à des artistes féminines illustres en renommant le nom de ses salles.

Les 76 salles du conservatoire ont été renommées pour donner plus de place aux grandes artistes féminines.
Les 76 salles du conservatoire ont été renommées pour donner plus de place aux grandes artistes féminines.

Comme dans la plupart des établissements construits il y a plus de quarante ans, les salles du conservatoire de Nantes portent majoritairement des noms d’artistes masculins, laissant de côté de grandes femmes du monde des arts. Une tendance que l’équipe du conservatoire souhaite inverser aujourd’hui, pour marquer une avancée dans l’égalité femmes-hommes. C’est pourquoi 76 salles du conservatoire ont été renommées à la rentrée afin de laisse plus de place aux grandes musiciennes, chorégraphes et danseuses qui ont marqué l’Histoire.  

De nouveaux modèles d’inspiration

« C’est une démarche sur laquelle nous travaillons depuis deux ans car notre équipe est très attentive à l’équilibre femmes-hommes, explique Viviane Serry, directrice du conservatoire de Nantes. Nous veillons à atteindre la parité, dans la mesure du possible, dans les spectacles et les concerts que nous programmons. Nous avons également ouvert un atelier danse réservé aux garçons pour les encourager à s’épanouir dans cette discipline majoritairement féminine... Ainsi, nous engager à renommer nos salles nous a semblé tout aussi pertinent : les 63 salles du conservatoire, portaient toutes des noms d’hommes alors que sur nos 1 800 élèves, la majorité sont des femmes. »

L’équipe du conservatoire espère que ces nouveaux noms permettront d’offrir des modèles d’inspiration et des sources d’identifications positives aux élèves femmes du conservatoire.

Un choix Cornélien

«La seule difficulté, c’est qu’il a fallu faire le deuil de certains compositeurs de renom, continue Viviane Serry, mais la démarche a été une occasion de repenser l’organisation du bâtiment : nous avons réaménagé les six étages du conservatoire en aires culturelles pour mélanger des créateurs de différents domaines, époques et pays d’origine. On gagne ainsi en parité mais aussi en diversité ! »

Désormais, les six aires culturelles du conservatoire sont : la France/ l’Allemagne/ les pays slaves et nordiques/ l’Angleterre et les USA du XXe/ l’Europe du sud et l’Amérique du sud/ les musiques du monde (extra-occidentales).