2020-07-09T15:06:25Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/artistes%20et%20compagnies/jean-jullien/Ouverturejj675.jpg

Actualités Publié le 09 juillet 2020

Filili Viridi : des dessins grandeur Nature au Jardin des plantes

De nouveaux habitants ont élu domicile dans le Jardin des plantes de Nantes : les « Filili Viridi » de Jean Jullien se sont échappés de son carnet à croquis pour surprendre et enchanter les visiteurs du parc botanique.

Artiste à la renommée internationale, Jean Jullien a passé à Nantes son enfance et son adolescence avant de partir étudier à Londres, puis à Paris où il vit aujourd'hui. On lui doit le « Nid » qui était installé au dernier étage de la tour Bretagne, et une série d'affiches représentant les lieux typiques de la cité des ducs. Après Claude Ponti, Pedro et Johann Le Guillerm, il investit à son tour le Jardin des plantes à partir du 8 juillet dans le cadre du Voyage à Nantes 2020, à l'invitation du Service des espaces verts et de l’environnement (Seve) de la Ville de Nantes. Devenus géants, ses personnages dessinés transforment quatre espaces du jardin en décors de papier.

Dans le cadre du Voyage à Nantes 2020, Jean Jullien a installé installé quatre personnages géants au Jardin des plantes, comme ce bonhomme rose qui fait la planche au milieu du bassin central. © Jean-Félix Fayolle.
Dans le cadre du Voyage à Nantes 2020, Jean Jullien a installé installé quatre personnages géants au Jardin des plantes, comme ce bonhomme rose qui fait la planche au milieu du bassin central. © Jean-Félix Fayolle.
Artiste à la renommée internationale, Jean Jullien expose pour la première fois ses œuvres dans un jardin. © Jean-Félix Fayolle.
Artiste à la renommée internationale, Jean Jullien expose pour la première fois ses œuvres dans un jardin. © Jean-Félix Fayolle.
Trois « Enrouleurs » enlacent les platanes près de la statue des Cerfs. © Jean-Félix Fayolle.
Trois « Enrouleurs » enlacent les platanes près de la statue des Cerfs. © Jean-Félix Fayolle.
Cette créature qui traverse la pelouse d'un pas décidé, traînant sa longue chevelure de… lierre, c’est  « La coiffe ». © Jean-Félix Fayolle.
Cette créature qui traverse la pelouse d'un pas décidé, traînant sa longue chevelure de… lierre, c’est « La coiffe ». © Jean-Félix Fayolle.
Près du banc géant de Claude Ponti, on découvre « Le ratisseur » dont la main-râteau creuse des sillons sur la pelouse centrale du jardin, © Jean-Félix Fayolle.
Près du banc géant de Claude Ponti, on découvre « Le ratisseur » dont la main-râteau creuse des sillons sur la pelouse centrale du jardin, © Jean-Félix Fayolle.
Jardiniers et métalliers du Seve ont mis leur savoir-faire au service de l’oeuvre. © Jean-Félix Fayolle.
Jardiniers et métalliers du Seve ont mis leur savoir-faire au service de l’oeuvre. © Jean-Félix Fayolle.
Les « Filili Viridi » seront rejoints au printemps 2021 par six nouveaux personnages.
Les « Filili Viridi » seront rejoints au printemps 2021 par six nouveaux personnages.

Arroseur et enrouleurs

Dès l'entrée côté gare nord, un grand bonhomme rose au ventre rebondi fait la planche sur le bassin, crachant à l'infini un long jet d'eau vertical. C'est « L'arroseur »,  dont la présence ne perturbe aucunement les canards tranquilles qui habitent l'endroit.

Un peu plus haut, trois « Enrouleurs » étendent et entrecroisent leurs longs bras pour enlacer six platanes : « Les œuvres attirent l'attention sur des éléments du jardin auxquels on ne pense pas forcément, remarque Romaric Perrocheau, ancien directeur du jardin des plantes, directeur du Seve depuis début 2020. Avant, on pouvait passer à côté de ces platanes géants, pourtant remarquables, sans y prêter attention. » Pour Jean Jullien, « la simplicité des personnages et la texture chargée des troncs se font ressortir mutuellement, par contraste ». Déjà, les premiers visiteurs multiplient les selfies, ce dont se réjouit l'artiste : « Mon travail est toujours facile d'accès, même s'il comporte plusieurs niveaux de lecture. »

Cheveux de lierre et pelouse griffée

Prochaine image, « La coiffe », un bonhomme qui traverse la pelouse d'un pas décidé, traînant sa longue chevelure de… lierre. Puis, depuis le banc géant de Claude Ponti, on découvre « Le ratisseur » dont la main-râteau révèle « ce qui se trouve sous le jardin » : « Jean a voulu griffer la grande pelouse, explique Franck Coutant, responsable de l'événementiel au Seve. Dans le sillon ainsi créé poussent de jeunes bouleaux, qui sont dans la région les premiers arbres à apparaître sur n'importe quel terrain nu ».

Les services municipaux à contribution

Art, technique, botanique et écologie s'allient pour former une exposition grand format qui doit autant au talent de l'artiste invité qu'à celui des services municipaux : jardiniers et métalliers du Seve ont mis leur savoir-faire au service de l'œuvre. « Ils ont fait un boulot remarquable, salue l'artiste. On peut prendre plus de risques quand on travaille avec d'excellents collaborateurs. Je peux dire que je suis fier du résultat de ce travail d'équipe. »

Claire Marcadet, toute nouvelle directrice du Jardin des plantes, se déclare « très contente et très fière de reprendre le flambeau » en accueillant peu après son arrivée une exposition « qui montre bien le lien entre art et végétal. Leur mariage procure des émotions ». À ses côtés, Cécile Bir, nouvelle adjointe aux squares, parcs et jardins, apprécie ces œuvres « à la fois monumentales et naïves, surprenantes, joyeuses, en lien avec le végétal. »

Installées dans le cadre du Voyage à Nantes, les « Filili Viridi » passeront l'automne et l'hiver au jardin, avant d'être rejoints au printemps 2021 par six nouveaux personnages.

À noter

Exposition en extérieur, du 8 juillet 2020 à novembre 2021
Jardin des plantes, esplanade Gare SNCF Nord, à Nantes
Entrée libre, aux horaires saisonniers d’ouverture du Jardin des plantes :
- Été : de 8h30 à 20h jusqu’au 22 octobre
- Automne : de 8h30 à 18h30 du 23 octobre au 17 novembre.

Ça peut vous intéresser :