2021-12-15T10:56:09Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/Grand%20T/Libre%20cours%20lyc%c3%a9e_675.jpg

Actualités Publié le 15 décembre 2021

"Libre cours" fait entrer le théâtre dans les collèges et lycées

Ce dispositif porté par le Grand T et le TU-Nantes s’appuie sur trois spectacles joués dans des établissements du secondaire dans la métropole nantaise, ainsi qu’une résidence artistique longue durée au lycée Albert-Camus, quartier Bellevue.

Les deux comédiens du groupe La Galerie en représentation au lycée Albert-Camus (photo © Patrick Garçon).
Les deux comédiens du groupe La Galerie en représentation au lycée Albert-Camus (photo © Patrick Garçon).
Est-ce que vous voulez bien jouer ma mère ?

Mi-interloqué, mi-gêné d’être interpellé devant une cinquantaine de camarades, le lycéen finit par accepter. Il se retrouve illico avec une perruque violette sur la tête, et quelques rires autour de lui. La pièce peut reprendre. Ce matin, au lycée Jules-Verne de Nantes, c’est La Mouette, de Tchekhov, qui est interprétée avec fougue par Manon Cadeau et Léopold Faurisson, dans une version condensée par la metteure en scène Céline Champinot pour coller à la durée d’un cours.

Les deux comédiens enchaînent depuis quelques jours déjà des représentations dans des lycées nantais. « On arrive chez eux, on les bouscule, on essaie de les immerger. De jouer en quadri frontal, avec le public réparti tout autour de la scène, ça crée un lien privilégié », témoigne Manon, issue du Conservatoire de Nantes et aujourd’hui au Théâtre de Bourgogne à Dijon. « Il y a presque certainement ici des gens qui n’ont jamais vu ce genre de forme, ou qui ne sont même jamais allés au théâtre, poursuit Léopold. Pour nous c’est stimulant, on peut voir très bien s’ils sont à l’écoute ou réticents, mais globalement on a une très bonne écoute. »

Formats adaptés

La Mouette est l’un des trois spectacles à tourner en novembre et décembre dans des lycées et collèges de la métropole nantaise grâce au dispositif Libre cours. Porté par le Grand T et le TU-Nantes, et proposé à des classes à partir de la 4e, son principe découle directement de la crise sanitaire : des formes légères, pensées pour la salle de classe et centrées sur le jeu des interprètes. Les représentations permettent ainsi de redécouvrir un théâtre épuré, au plus près des émotions. Et sont suivies à chaque fois de temps d’échange entre les professionnels et les élèves. « Avec des formats imaginés spécialement pour la salle de classe, tout est possible : découvrir et pratiquer le théâtre, partager une émotion, discuter, échanger, bref, vivre ensemble une expérience artistique », explique Manon Albert, responsable de médiation au Grand T.

Les classes ayant intégré Libre cours bénéficient aussi d’un atelier de pratique artistique de 2 heures, toujours dans leur établissement. Celles qui ont accueilli le spectacle Douce France, avec Le Birgit ensemble, se voient aussi proposer la visite guidée de l’exposition L’Abîme au château des Ducs de Bretagne. Une classe aura l’occasion de s’impliquer davantage grâce à l’auteur-médiateur Joël Kerouanton et son dispositif de « note d’intention d’imaginaire ».

Une résidence pour 4 classes

Le dernier volet du dispositif Libre cours va encore plus loin dans le lien entre les mondes du théâtre et scolaire : une résidence artistique au lycée Albert-Camus, dans le quartier Bellevue à Nantes. Imaginée autour de Romance, roman de Catherine Benhamou sacré Coup de cœur des lycéens 2021 d’Artcena, elle fait intervenir le Théâtre du Rictus de Laurent Maindon. « Tout au long de l’année 2021-22, précise Manon Albert, quatre classes découvriront un temps de répétition, participeront à des ateliers d’écriture avec Catherine Benhamou, à une mise en espace des productions écrites avec la comédienne Sarah Reyjasse et à un temps de restitution en public ».