2021-10-15T11:35:51Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/peripherique/periph675.jpg

Actualités Publié le 15 octobre 2021

Des solutions pour soulager le périphérique nantais

Pour améliorer son trafic, le périphérique va connaître de nombreux changements dans les années à venir. Tour d’horizon des principales mesures qui s’échelonneront jusqu’en 2024.

Le périphérique de Nantes et ses 42 kilomètres de voies est l'un des plus grands de France.
Le périphérique de Nantes et ses 42 kilomètres de voies est l'un des plus grands de France.

Avec ses 42 kilomètres de voies, ses 23 portes et ses 110 000 véhicules par jour sur certaines portions, le périphérique de Nantes – l’un des plus grands de France après Bordeaux – est saturé aux heures de pointe. Face à ce constat, les collectivités cherchent la bonne carburation. « Le périphérique doit être optimisé, nous devons tous faire des efforts », signale Bertrand Affilé, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements et des transports publics. 

Réunis lors d’un point presse jeudi 14 octobre, l’État et ses partenaires, la région des Pays de la Loire, le département de la Loire-Atlantique et Vinci Autoroutes ont présenté un plan d’actions visant à améliorer le périphérique. Intitulé Schéma directeur d’agglomération de gestion du trafic (SDAGT - voir plus bas), il comporte de nombreuses mesures : nouvelles voies, créations d’équipements pour gérer le trafic… Le programme de ces aménagements s’étale jusqu’en 2024.

Télécharger la carte des mesures (PDF ; 591 Ko)

Des voies d’entrecroisement et de tourne-à-droite

Pour fluidifier le trafic entre deux bretelles d’entrée et de sortie, ces voies verront le jour d’ici 2023 au nord du pont de Cheviré, entre les portes de l’Estuaire, de Saint-Herblain et d’Atlantis. Le principe est simple : ces voies aménagées – dites « auxiliaires d’entrecroisement » - vont permettre de « créer une augmentation ponctuelle de la capacité de ces bretelles et permettront de limiter la congestion en amont de ces zones », annonce Vinci Autoroutes.

Toujours au niveau des bretelles où l’on observe des remontées de files, des voies de tourne-à-droite ont été réalisées au niveau de la porte d’Ar-Mor en 2020. Porte de Saint-Herblain, la voie sera couplée à celle d’entrecroisement prévue entre les portes de l’Estuaire et de Saint-Herblain

Des voies réservées

Comment éviter aux bus et aux covoitureurs d’être bloqués dans les embouteillages ?  Des voies dédiées seront réservées en aménageant la bande d’arrêt d’urgence. Appelées « VRTC », elles verront le jour à l’entrée est de Nantes, du côté de la prairie de Mauves et au sud de l’agglomération. 

Une première voie sera créée le long de l’A83, dans le sens sud-nord jusqu’à la porte des Sorinières, pour une livraison fin 2022. Elle devrait ensuite s’ouvrir au covoiturage en 2024. Ces aménagements concerneront aussi le secteur de l’aéroport de Nantes-Atlantique. Par ailleurs, des voies dédiées au covoiturage seront créées sur les pénétrantes connectées au périphérique. Une première verra le jour d’ici fin 2021, sur le boulevard de la Prairie-de-Mauves. La métropole nantaise étudie également la création d’une VRTC sur la voie droite, dans le sens entrant entre l’échangeur des Sorinières et le giratoire des Bourdonnières, sur 800 mètres. « L’objectif : une mise en service en 2022, annonce Bertrand Affilé, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements et des transports publics. Aux heures de pointe, le temps de parcours pourrait être presque divisé par deux à ces endroits. »

Plus d’informations sur la circulation et les parcs relais

Afin d’inciter les usagers à utiliser les P+R et à se reporter « vers des modes de déplacements collectifs sur les derniers kilomètres au sein de la métropole », la signalisation sera améliorée. Les places disponibles sur les parkings seront annoncées sur le périphérique et des messages clairs faciliteront le cheminement des usagers. Cette amélioration de l’information s’accompagne d’un déploiement d’équipements supplémentaires pour améliorer la gestion du trafic : caméras, capteurs et panneaux d’information lumineux.

À noter

Les 4 grandes orientations du Schéma directeur d’agglomération de gestion du trafic (SDAGT) visent à limiter les congestions récurrentes, à améliorer la performance des transports collectifs, à favoriser l’intermodalité et à améliorer la coordination entre les acteurs et mieux informer les usagers.

Le SDAGT, c’est : 

  • 11 mesures mises en œuvre de 2021 à 2024
  • un budget de 21 millions d’euros, cofinancés par l’État (50%), Nantes Métropole (34,65%) et la région des Pays de la Loire (15,35%)