2021-09-16T10:42:59Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/Fracture%20num%c3%a9rique/ordinateurs1%20-%20675.jpg

Publié le 16 septembre 2021

École Jacques-Tati : une distribution d’ordinateurs contre la fracture numérique

Équiper les familles et les former aux outils numériques : c’est la mission que la Ville de Nantes et l’association la Maison du libre poursuivent depuis mars 2021 dans les quartiers nantais.

Les enfants et leurs parents s'initient au numérique (photo © Céline Jacq).
Les enfants et leurs parents s'initient au numérique (photo © Céline Jacq).

L’ambiance est studieuse ce mardi 14 septembre à l’école Jacques Tati (Nantes sud). Des élèves de CM1-CM2 et leurs parents déballent les ordinateurs portables fraîchement prêtés par la Ville de Nantes et l’Éducation Nationale. Un atelier d’initiation à l’informatique, pour apprendre à mettre en route le PC, ouvrir les logiciels simples et surfer sur internet en toute sécurité est assuré par la Maison du libre. Pour certains parents, c’est une première, les enfants naviguent quant à eux dans un univers qui leur est plus familier et deviennent à leur tour professeurs. Ces ordinateurs de seconde-main ont été remis à neuf par les membres de l’association Maison du Libre. « Nous avons  installé plusieurs logiciels éducatifs libres, ainsi que la suite Libreoffice (traitement de texte et tableur) ou encore des bloqueurs de publicité, pour faciliter la navigation », explique Mathieu, salarié de l’association. « C’est notre premier ordinateur, confie une maman, il va permettre aux enfants de faire leurs devoirs, et ça va aussi nous simplifier quelques démarches administratives. » 

L'atelier en images

(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)
(© Céline Jacq)

Lutter contre la fracture numérique

« Cette opération de distribution et de médiation vise à lutter contre la fracture numérique à l’échelle de la ville. La première distribution a eu lieu en mars à Bellevue, puis à Bottière, à Nantes Nord, et aujourd’hui à Nantes Sud », informe Bassem Asseh, premier adjoint à la Ville de Nantes, présent lors de cet atelier. Alors que le numérique est entré dans les coutumes de la plupart des Français, 17 % de la population serait touchée par "l’illectronisme", selon l’Insee. « C’est un problème d’accès aux outils numériques, mais aussi de connexion ou d’éducation au numérique », soutient Ghislaine Rodriguez, adjointe à l’éducation et à la réussite éducative : « Pour les enfants, cet illectronisme représente un frein pédagogique, car le numérique est devenu un support d’apprentissage. Pour les parents, c’est un frein administratif alors que de plus en plus de démarches sont dématérialisées. »

« De trop nombreux ordinateurs, parfois des parcs informatiques entiers, sont jetés chaque année alors qu’ils peuvent tout à fait servir à des personnes qui découvrent l’informatique, continue Mathieu Gosneet, salarié de la Maison du Libre. Notre objectif est de récolter, de les mettre à jour en installant des logiciels libres et gratuits, et de les distribuer auprès de tous les publics en demande. L’accompagnement est aussi un axe central de notre démarche. » Pour les salariés de la Maison du libre, l’accès au numérique devrait être un droit pour tous. Lancée pendant le premier confinement en mars 2020, cette structure regroupe les associations Alis 44, Ping ou encore Cenea et Nâga.