2021-02-25T17:15:12Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/Incendie%20-%20Cath%c3%a9drale/Castex_Johanna_675.jpg

Publié le 25 février 2021

Pourquoi Jean Castex se rend ce vendredi à Nantes

Le Premier ministre est attendu le 26 février pour signer le protocole du Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) avec Nantes Métropole.

Le Premier ministre Jean Castex lors de sa précédente venue à Nantes, après l’incendie de la cathédrale en juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex lors de sa précédente venue à Nantes, après l’incendie de la cathédrale en juillet 2020.

Le Premier ministre se rend vendredi 26 février dans la métropole nantaise, accompagné des ministres Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires et relations avec les collectivités territoriales) et Sarah El Hairy (Jeunesse). Point central de sa visite : la signature du protocole du Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) entre l’État et Nantes Métropole. Une première pour une métropole.

Conclus entre l’État et un territoire, les CRTE doivent participer à la réussite de France Relance, le plan de relance économique et écologique de la France. L’idée est d’accompagner la création ou le renforcement de projets de territoires, avec une double ambition de transition écologique et de cohésion territoriale.

Petite-Californie et Champ-de-Mars

La visite ministérielle débutera en matinée par la station d’épuration des eaux usées de Petite-Californie, à Rezé, dont les futurs développements bénéficieront de fonds issus de l’accord de relance. L’équipement – qui traite les rejets de 7 communes du sud de l’agglomération, représentant 180 000 habitants – valorise aujourd’hui le biogaz issu des boues grâce à une turbine à gaz. Bientôt, il le transformera en biométhane réinjecté dans le réseau de gaz de ville GRDF. Ce gaz d’origine renouvelable, produit et consommé majoritairement localement, représentera plus de 10 gigawatts-heures, soit la consommation annuelle de 2140 logements.

Après son étape rezéenne, le Premier ministre se rendra au siège de Nantes Métropole, au Champ-de-Mars, à bord d’un bus roulant au Gaz naturel pour véhicules (GNV). L’occasion de rappeler que cette technologie, déployée depuis 1997 dans la métropole nantaise, représente aujourd’hui 90 % du parc de bus et a permis de ne plus recourir au diesel. Les derniers investissements en la matière, en 2020, ont concerné 18 minibus GNV affectés au service Proxitan.

La visite de Jean Castex doit s’achever en fin de matinée par un entretien avec Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole et de France Urbaine.

Ça peut vous intéresser