2022-01-25T16:05:19Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/peripherique/porte%20de%20gesvres/Bretelle%20d%c3%a9finitive_675.jpg

Actualités Publié le 25 janvier 2022

Porte de Gesvres, le futur échangeur se dessine

Le vaste chantier piloté par Vinci Autoroutes, à la croisée de l’autoroute A11 et du périphérique nantais, se déroule sans accroc. L'opérateur ouvre à la circulation le 4 février 2022 la bretelle définitive reliant les périphériques nord et est.

Vue générale du chantier en janvier 2022. Au sud du secteur, la nouvelle bretelle entre les périphériques nord et est va ouvrir sur une voie. Au nord de la zone de chantier, les voies provisoires et les travaux préparatoires des futures voies (© Vinci Autoroutes).
Vue générale du chantier de la porte de Gesvres en janvier 2022. Au sud du secteur, la nouvelle bretelle entre les périphériques nord et est va ouvrir sur une voie. Au nord de la zone de chantier, les voies provisoires et les travaux préparatoires des voies définitives (© Vinci Autoroutes).

Ce matin de janvier, comme c’est le cas depuis un an, les ouvriers s’affairent sur le chantier de la porte de Gesvres. « Ils peuvent être une centaine à travailler en même temps », explique Eric Bon, pilote pour Vinci Autoroutes d’un chantier de 10 hectares qui « suit le planning annoncé ». « En novembre-décembre, nous avons mis en œuvre des boucles provisoires qui assurent la continuité de la circulation. L’idée, c’est de libérer l’espace où sont réalisées les nouvelles voies reliant le périphérique est au périphérique nord, et l’autoroute au périphérique, et les ouvrages qui les supporteront. »

Une étape importante est prévue le 4 février, avec l’ouverture de la voie définitive reliant les périphériques nord et est. Les ultimes interventions sur cette bretelle (peinture au sol, mise en place de panneaux de signalisation et de dispositifs de sécurité) obligent l’opérateur à interrompre la circulation dans le secteur durant les quatre nuits précédentes.

Tout savoir sur le calendrier des fermetures

Dès le 4 février, les automobilistes pourront circuler sur la voie de gauche de cette nouvelle bretelle. La voie de droite restera en revanche fermée afin de permettre la poursuite des travaux. Ce n’est qu’à l’issue du chantier que la nouvelle bretelle offrira ses deux voies de circulation, pour une meilleure fluidité du trafic.

Dans l’immédiat, le calendrier continue à être déroulé. Sur le périphérique nord, route de La Chapelle, un pont provisoire va être aménagé et accueillera une circulation alternée – avec priorité donnée aux transports en commun. Le pont actuel sera déconstruit au printemps, avant sa reconstruction dans une version élargie. « En 2022, nous interviendrons aussi sur le périphérique nord, avec l’ajout d’une voie en travaillant sur le terre-plein central. Le périphérique est sera lui aussi élargi », indique Éric Bon. Les équipes travailleront également sur les ouvrages supportant les nouvelles voies, dont la mise en service est prévue en 2023. Mais le chantier ne sera définitivement clos qu’au début 2024.

Le chantier en images

Au sud, la bretelle définitive assurant la liaison entre périphériques nord et est (photos © Patrick Garçon).
Au sud, la bretelle définitive assurant la liaison entre périphériques nord et est (photos © Patrick Garçon).
Des engins de terrassement s'activent là où sera édifiée la culée d'un ouvrage supportant une des nouvelles voies.
Des engins de terrassement s'activent là où sera édifiée la culée d'un ouvrage supportant une des nouvelles voies.
Les premiers appuis des futurs ouvrages sont sortis de terre. Ils supporteront un pont d’une longueur de 105 m.
Les premiers appuis des futurs ouvrages sont sortis de terre. Ils supporteront un pont d’une longueur de 105 m.
Les emprises des anciennes voies, désormais inutilisées, vont être rendues à la nature.
Les emprises des anciennes voies, désormais inutilisées, vont être rendues à la nature.

Environnement : quelles compensations ?

Le chantier de la porte de Gesvres s’étend 10 hectares, avec un inévitable impact sur l'environnement. Pour mettre en œuvre des mesures d’accompagnement ou compensatoires, Vinci Autoroutes s’est adjoint les compétences d’un bureau d’étude spécialisé. Là où les voies de circulation sont encaissées – notamment sur le périphérique nord –, l’opérateur a recours à la technique des « talus raidis »  : « Les pentes sont plus accentuées, ce qui limite le défrichage sur les hauteurs », explique Eric Bon. Les emprises des anciennes voies seront décaissées et « renaturées ». Des zones humides vont être restaurées en veillant à « améliorer leurs fonctionnalités » : « Des peupliers seront retirés, et nous planterons à la place des frênes et des aulnes ». Au total, l’aménagement paysager prévoit 260 000 plantations sur 20 hectares, « en les intégrant du mieux possible dans le paysage actuel ».

D’autres mesures visent plus spécifiquement à préserver la biodiversité animale : pose d’une bâche de 3 km de long le long du chantier pour protéger la faune, pêche d’amphibiens avant leur réintroduction dans des mares restaurées, aménagement de sites de ponte pour les reptiles, préservation des chauves-souris, déplacement d’un arbre servant d’abri à des coléoptères…

Plus d'infos sur le chantier de la porte de Gesvres sur le site dédié.