2023-11-28T13:52:17Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/lutte%20sida/depistage-aides.jpg

VIH, hépatites B et C : « On a tous les outils pour mettre fin aux épidémies »

Actualités Publié le 28 novembre 2023

La Ville de Nantes, avec Nantes Objectif Zéro et ses partenaires, déploient de nombreuses actions en proximité. Alors que le 1er décembre a lieu la journée mondiale de lutte contre le Sida, focus sur les actions des associations Aides et Oppelia Le Triangle.

Une bénévole de l'association Aides effectue un dépistage à Malakoff. © Céline Jacq
Une bénévole de l'association Aides effectue un dépistage à Malakoff. © Céline Jacq

646 dépistages, 2 positifs. En 2023, l’association Aides – partenaire de Nantes Objectif Zéro – a organisé de nombreuses actions pour diagnostiquer le VIH, en proximité, auprès de publics précaires. Mais pas seulement : les hépatites B et C sont aussi en ligne de mire. Le but, « que les personnes aient accès à leur statut sérologique, explique Juliette Carl, animatrice d’actions. Dès que l’on a un positif, on contacte le Centre de dépistage en santé sexuelle (CEGIDD) et on prend rendez-vous pour faire une confirmation car le test est un test d’orientation diagnostic, le "Trod" ». 

Vendredi 17 novembre, sur la place Rosa-Parks à Malakoff, pendant deux heures, Aides a rencontré 28 hommes, 8 femmes et une personne transgenre. Aucun positif n’a été diagnostiqué. L’occasion de « donner de l’information, distribuer des préservatifs, des kits pour les consommateurs de produits. Les entretiens sont précieux pour aider à identifier les conduites à risques. On a tous les outils pour mettre fin aux épidémies ».

« Un traitement permet de guérir de l’hépatite C »

Autre virus mortel s’il n’est pas traité par les médicaments efficaces et facilement disponibles aujourd'hui : l'hépatite C. C’est sur ce virus, qui provoque une inflammation du foie, que l’association Oppelia Le Triangle se focalise à Nantes avec son « Test and Treat ». Ce dernier consiste en une simple récolte d’une goutte de sang au bout du doigt permettant de révéler la présence du virus. L’enjeu, « traiter le plus rapidement possible. Car plus tôt on traite la personne, moins il y aura des répercussions sur sa santé, témoigne Gurvan Le Bourhis, infirmier de formation et chargé de projet en réduction des risques pour Oppelia. On en profite aussi pour faire les dépistages des autres virus, VIH et hépatite B. » Après un an de dépistage à Nantes et sur 175 personnes, l’association n’a diagnostiqué aucun porteur du VIH, tout comme l’hépatite B. En revanche, 27 personnes ont été testées positives au virus de l’hépatite C.

Consulter les lieux de permanences à Nantes