2023-04-27T15:50:47Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/artistes%20et%20compagnies/les%20machines-arbre/printemps-nefs/printemps%20nefs%202023_800.jpg

Un Printemps des Nefs 2023 en mode international

Actualités - Mis à jour le 27 avril 2023

La 15e édition du rendez-vous culturel piloté par les Machines de l’île brille par son éclectisme. Rendez-vous sous les Nefs du 5 au 27 mai pour 5 soirées gratuites !

L'affiche de l'édition 2023 (détail). © Stéphan Muntaner
L'affiche de l'édition 2023 (détail). © Stéphan Muntaner

« Cette édition est vraiment est-ouest-nord-sud », se réjouit Pierre Oréfice, directeur des Machines de l’île et co-programmateur des saisons culturelles avec Laurent Mareschal et Patrick de Groote. Pas moins de huit pays sont en effet représentés au fil des cinq soirées concerts programmées sous les Nefs. De quoi expliquer la diversité des styles musicaux dont pourront profiter les spectatrices et spectateurs. Un seul conseil leur est donné : arriver tôt, sachant que le site est ouvert dès 20h30. « Il n’y a pas de hiérarchie de talent entre les 1ère et 2e parties, donc c’est dommage de louper le début des soirées... »

La programmation date par date

Vendredi 5 mai. Direction les États baltes avec deux groupes aux sonorités peu communes : Ministry of Echology, « au départ un groupe de reggae qui d’album en album, dérive vers une musique plus pop plus élaborée », souligne Laurent Mareschal. Venus d’Estonie, les étonnants Puuluup ont bâti leurs shows autour d’un instrument traditionnel, la vielle à archet (« talharpa ») et une énergie phénoménale. « Ils ont mis le feu aux Transmusicales ! »

Vendredi 12 mai. Vous aimez danser ? Cette soirée est faite pour vous ! En première partie, les 11 musiciens nantais d’Afrolab – dont la chanteuse Rêl Soli – donnent le ton avec un afrobeat « classique mais extrêmement efficace », relève Pierre Oréfice. Les fans du grand Fela apprécieront. A 22h30, place aux sonorités « latinos alternatives » de Chicos y Méndez, formation emmenée par le Belgo-Péruvien David Méndez Tépez.

Vendredi 19 mai. Plutôt teintée rock et rythm’n’blues, cette soirée voit se succéder sur la scène des Nefs la chanteuse Kim Nelville – fille du rockeur Éric Melville, elle a sorti un premier EP aux riffs de guitare bien acérés – et le quintette Little Odetta. Emmenée par la chanteuse Audrey, cette formation a été biberonnée aux groupes phares et icônes soul des années 1960 (Led Zeppelin, Doors, Hendrix, Aretha Franklin…), comme en témoigne leur premier album.

Jeudi 25 mai. Cette fois, les Nefs lorgnent vers le sud, avec deux artistes particulièrement doués. Alexandre Sicali présente son projet Balaphonic Sound System, promesse d’« un univers très particulier ». Celle qui a été « la révélation du Printemps des Nefs 2022 », la DJ marocaine Stranger Souma, revient cette année en format long. « Un vrai coup de cœur ! justifie Pierre Oréfice. Elle sera entourée de deux autres musiciennes pour jouer uniquement ses compositions ».

Samedi 27 mai. Le continent africain se rappelle à Nantes avec cette 5e et dernière soirée musicale. En première partie, Kènu et le Xhèviosso : six musiciens résidant entre la France et le Bénin, pour une fusion de musiques modernes et traditionnelles ouest-africaines aux accents jazz. En guise de conclusion, le quartet Songø, basé à Rennes mais regroupant des musiciens de divers horizons et la chanteuse Sisanda Myataz venue de Bristol. « Intense ! »

Site des Machines de l'île