2019-09-23T09:44:37Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/attractivite-tourisme/jardin%20extraordinaire/0%20intro%20romaric675.jpg

Actualités Publié le 23 septembre 2019

Les pépites botaniques du Jardin extraordinaire

Découvrez avec Romaric Perrocheau, du service des espaces verts de la Ville de Nantes, quelques-unes des surprises que réserve le site aménagé dans l’ancienne carrière Miséry.

« Le jardin extraordinaire abrite des plantes méditerranéennes et tropicales : beaucoup de sauges, de gros hibiscus, des plantes à feuilles XXL... Elles sont mêlées aux espèces présentes dans la friche : le lierre, le saule, du houblon... L’idée, c’est que demain, on ne sache plus ce qui était présent et ce qui a été rapporté. »
« Le jardin extraordinaire abrite des plantes méditerranéennes et tropicales : beaucoup de sauges, de gros hibiscus, des plantes à feuilles XXL... Elles sont mêlées aux espèces présentes dans la friche : le lierre, le saule, du houblon... L’idée, c’est que demain, on ne sache plus ce qui était présent et ce qui a été rapporté. »
« 25 000 végétaux ont été plantés. Nous avons acheté à l’extérieur des plantes assez classiques, d’autres plus rares qu’on est allés chercher chez des spécialistes. Enfin, le Jardin des plantes et notre pépinière produisent des petits bijoux, qu’on a ramenés. »
« 25 000 végétaux ont été plantés. Nous avons acheté à l’extérieur des plantes assez classiques, d’autres plus rares qu’on est allés chercher chez des spécialistes. Enfin, le Jardin des plantes et notre pépinière produisent des petits bijoux, qu’on a ramenés. »
« Parmi les plantes d’eau : des lotus, des talhias, des papyrus... Nous les gardons dans des pots immergés, car certaines espèces vigoureuses coloniseraient tout et la magie du jardin, c’est aussi voir la surface de l’eau, qui fait miroir. »
« Parmi les plantes d’eau : des lotus, des talhias, des papyrus... Nous les gardons dans des pots immergés, car certaines espèces vigoureuses coloniseraient tout et la magie du jardin, c’est aussi voir la surface de l’eau, qui fait miroir. »
« 250 bambous de 15 m de haut, de trois espèces différentes, ont été prélevés dans le parc de la Gaudinière et au cimetière-parc. On a aménagé cette bambouseraie près de l’enceinte extérieure. Avec les carrelages restant de la brasserie, les murs envahis par le lierre, on a un peu une ambiance bagne de Cayenne ! »
« 250 bambous de 15 m de haut, de trois espèces différentes, ont été prélevés dans le parc de la Gaudinière et au cimetière-parc. On a aménagé cette bambouseraie près de l’enceinte extérieure. Avec les carrelages restant de la brasserie, les murs envahis par le lierre, on a un peu une ambiance bagne de Cayenne ! »
« L’hibiscus est une plante plutôt classique, mais cette variété moscheutos a des fleurs énormes. Nous avons fait le choix de regrouper les fleurs dans des spots, de ci de là, plutôt que de les disséminer. »
« L’hibiscus est une plante plutôt classique, mais cette variété moscheutos a des fleurs énormes. Nous avons fait le choix de regrouper les fleurs dans des spots, de ci de là, plutôt que de les disséminer. »
« Nous avons choisi des fleurs dans les tonalités jaunes, comme les cassias, en écho aux genets déjà présents dans la friche. On verra des taches jaunes à tout moment de l’année, sans que l’on sache très bien de quelle plante il s’agit. On veut que les gens y perdent leur latin ! »
« Nous avons choisi des fleurs dans les tonalités jaunes, comme les cassias, en écho aux genets déjà présents dans la friche. On verra des taches jaunes à tout moment de l’année, sans que l’on sache très bien de quelle plante il s’agit. On veut que les gens y perdent leur latin ! »
« Près de la cascade est aménagée une zone sans fleurs, avec des fougères arborescentes de Nouvelle-Zélande, des cycas, des feuilles géantes, des bananiers basjoo, des aralia… C’est le côté Jurassic park du Jardin extraordinaire ! »
« Près de la cascade est aménagée une zone sans fleurs, avec des fougères arborescentes de Nouvelle-Zélande, des cycas, des feuilles géantes, des bananiers basjoo, des aralia… C’est le côté Jurassic park du Jardin extraordinaire ! »
« Contemporain des dinosaures, le pin wollemi est rarissime : il n’en existe que 200 spécimens en milieu naturel. C’est la dernière espèce d’arbre qui ait été découverte, et les Australiens en ont vendu des graines à quelques jardins dans le monde. »
« Contemporain des dinosaures, le pin wollemi est rarissime : il n’en existe que 200 spécimens en milieu naturel. C’est la dernière espèce d’arbre qui ait été découverte, et les Australiens en ont vendu des graines à quelques jardins dans le monde. »
« À l’entrée du jardin, nous avons ces deux yuccas venus du Jardin des Plantes. Ils ont plus de 50 ans et on devait régulièrement les tailler pour pouvoir les rentrer dans l’orangerie l’hiver. Là, on tente une implantation définitive ! »
« À l’entrée du jardin, nous avons ces deux yuccas venus du Jardin des Plantes. Ils ont plus de 50 ans et on devait régulièrement les tailler pour pouvoir les rentrer dans l’orangerie l’hiver. Là, on tente une implantation définitive ! »
« Nous avons planté plutôt des fruitiers méditerranéens, comme ce grenadier, car le micro-climat de la carrière nous le permet. On trouvera aussi des figuiers, en écho à un spécimen qui a poussé ici à l’état sauvage. »
« Nous avons planté plutôt des fruitiers méditerranéens, comme ce grenadier, car le micro-climat de la carrière nous le permet. On trouvera aussi des figuiers, en écho à un spécimen qui a poussé ici à l’état sauvage. »
« On croirait que les pierres sont tombées de la falaise, mais c’est bien nous qui les avons amenées ! Le paysagiste a prospecté trois départements pour en trouver qui ressemblaient à celles de Miséry. Il en acheté à des agriculteurs qui les avait évacuées de leurs champs et les avaient stockées. »
« On croirait que les pierres sont tombées de la falaise, mais c’est bien nous qui les avons amenées ! Le paysagiste a prospecté trois départements pour en trouver qui ressemblaient à celles de Miséry. Il en acheté à des agriculteurs qui les avait évacuées de leurs champs et les avaient stockées. »

Ça peut vous intéresser