2019-11-18T14:01:39Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/fete%20lauriers/placelaurier675.jpg

Actualités Publié le 18 novembre 2019

Grand Bellevue : la place des Lauriers en fête

Le secteur des Lauriers poursuit sa mutation entamée au printemps 2018. Samedi 16 novembre, habitants et élus étaient réunis autour d’un après-midi festif pour célébrer la mémoire du lieu.

Le 16 novembre, emmenés par une fanfare déambulatoire, les habitants de Bellevue se sont retrouvés place des Lauriers pour un moment d’échange et de partage sur la mémoire du lieu.
Le 16 novembre, emmenés par une fanfare déambulatoire, les habitants de Bellevue se sont retrouvés place des Lauriers pour un moment d’échange et de partage sur la mémoire du lieu.

C’est un secteur emblématique du renouveau du Grand Bellevue. Située à l’entrée est du quartier, la place des Lauriers fait peau neuve avec la construction de logements et l’aménagement de nouveaux espaces verts. Première étape de cette transformation : la rénovation du parc de la Méta. Cet ancien terrain d’aventure des familles du quartier a rouvert cet été après neuf mois de travaux. Il accueille une tyrolienne, des jeux d’équilibre, des panneaux ludiques, un espace de pique-nique et un verger… Samedi 16 novembre, à l’occasion de l’après-midi festif « À la place des Lauriers », les habitants ont pu (re)découvrir le site à travers une visite guidée et participer aux plantations en compagnie des jardiniers du Service des espaces verts et de l’environnement (Seve) de Nantes.

La mémoire des Lauriers est fondamentale

Direction ensuite place des Lauriers, emmenés par une fanfare déambulatoire, pour un moment d’échange et de partage sur la mémoire du lieu. « Nous sommes très nombreux ici à avoir une histoire, une anecdote, un lien individuel ou collectif avec cette place », a rappelé Johanna Rolland, maire de Nantes. « Au moment où l’on commence à déconstruire, se rappeler la mémoire des Lauriers est fondamental. C’est comme ça que l’on arrivera à transformer ce quartier, en allant chercher ses richesses », souligne Myriam Naël, adjointe en charge de l’éducation et de la politique de la ville.

Pour faire le lien entre hier et aujourd’hui, le documentaire « À la place des Lauriers » était diffusé dans un bus mis à disposition par la TAN. « Nous avons interrogé des habitants aux âges et aux profils variés pour retracer l’histoire des Lauriers de 1945 à nos jours. Le documentaire dévoile des souvenirs oubliés comme l’atterrissage d’un parachutiste anglais sur la place pendant la Seconde guerre mondiale », précise Karim Bouheudjeur, co-réalisateur et membre de l’association Café Prod, également en charge de l’organisation de l’événement.

Visites du chantier

Une exposition et un goûter festif étaient par ailleurs proposés à la MHCB. Les habitants ont également pu découvrir les coulisses de la démolition du linéaire du Doubs. Casques sur la tête et gilets orange sur le dos, ils se sont glissés derrière les palissades en compagnie des équipes de Nantes Métropole et de l’entreprise Occamat, en charge de la déconstruction. L’occasion d’en apprendre plus sur le curage, le désamiantage, le réemploi des matériaux démolis et le travail engagé par l’association Océan qui emploie huit personnes en insertion sur le chantier. L’été prochain, le linéaire laissera place à un nouveau square et une prairie fleurie. La tour du Doubs (103 logements) sera, quant à elle, entièrement transformée à l’horizon 2025. Pour les personnes intéressées, il était également possible de visiter un appartement témoin du programme Bel&Co qui comprend 41 logements et des commerces et dont la livraison est attendue pour le premier trimestre 2020.

Cette transformation des Lauriers suscite beaucoup d’émotion chez Patricia, arrivée dans le quartier lorsqu’elle était enfant. « Gamins, on ramassait des champignons et des pissenlits sur cette place. Aujourd’hui, je suis là pour récupérer des informations sur le chantier et les transmettre aux habitants », témoigne cette militante très impliquée dans la vie locale. « Ce sont nos souvenirs qui s’en vont mais ce n’est pas bon de vivre dans le passé, il faut aller de l’avant ! »

Ça peut vous intéresser