2019-10-16T17:51:50Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/au%20musee%20arts/Charlie%20Chaplin675.jpg

Actualités Publié le 16 octobre 2019

"Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes" : la nouvelle exposition temporaire du Musée d'arts

Jusqu'au 3 février, le Musée d’arts de Nantes accueille sa nouvelle grande exposition temporaire. Rencontre avec Claire Lebossé, conservatrice chargée des collections d’art moderne, et commissaire de cet événement.

Charlie Chaplin800.jpg

L’exposition au Musée d’arts ne porte pas directement sur Charlie Chaplin, mais sur la façon dont les artistes contemporains se sont emparé de son œuvre...

" Oui, l'idée est bien de mettre Chaplin au regard d’œuvres d'autres artistes, de souligner la proximité, la porosité entre leurs productions et son cinéma. C’est une exposition qui parle aussi beaucoup d’histoire et de société. Nous avons réuni à peu près 200 pièces, grâce à de nombreux prêts, notamment du Centre Pompidou. Le patio du musée est entièrement investi. "

Comment avez-vous eu l’idée d’une telle exposition ?

" En 2014, j'étais commissaire d'une exposition sur Fernand Léger, présentée dans la chapelle de l'Oratoire. Léger a réalisé un film, « Le ballet mécanique », introduit par un petit Charlot animé. J’ai plus tard assisté à un ciné-concert des « Lumières de la ville », qui m’a rappelé des œuvres de l’artiste nantaise Claude Cahun. Peu à peu, j’ai réalisé qu’il y avait plein de ponts entre Chaplin et les artistes de son temps. Et j’ai été très étonnée de voir qu’il n’y avait pas eu de recherches complètes sur le sujet. C’était un domaine à défricher ! "

Chaplin crée le personnage de Charlot en 1914, qui apparaît ensuite dans de nombreux films. Que représente-t-il à l’époque ?

" C’est une star internationale du cinéma et un phénomène de culture populaire incroyable. Visuellement, il devient rapidement incontournable. Des articles évoquent une « chaplinitis » – une sorte de « chaplinmania » – et on voit même se développer des films avec de faux Charlots, comme en Russie ! Son impact est d’autant plus fort que la Grande Guerre a démarré, le climat est morose. Chaplin apparaît aussi au moment où le cinéma devient un art à part entière, après avoir longtemps été considéré comme une attraction foraine. Le premier ciné-club, l’expression « septième art », datent de cette époque. "

Dans le milieu artistique, quel impact a-t-il ?

" À l’image de Fernand Léger, les artistes de ce début de XXe siècle admettent beaucoup plus clairement que dans leur « nourriture visuelle », il n'y a pas que des tableaux, il y a tout ce qui les entoure. Et les artistes croisent Chaplin dans ses films, dans les publicités, il occupe beaucoup de place dans leur vie ! Ils vont donc être très nombreux à s’y intéresser. Tout le monde en fait un peu ce qu’il veut : les constructivistes russes en font un homme mécanique, les surréalistes un libertaire. Dada y voit un potache trublion : Tristan Tzara annonce même l’adhésion de Charlie Chaplin au mouvement – ce qui est faux bien sûr. Dans les années 1920, les Ballets suédois, une troupe d’avant-garde, créent deux ballets inspirés par Charlot et proposent même au réalisateur de participer à leur tournée… Dans les années 1950, les situationnistes en font un capitaliste cynique. Tout cela témoigne de la présence continue de l’imaginaire chaplinien dans la création du siècle dernier. "

Que verra le public au Musée d’arts de Nantes ?

" Nous avons placé au centre du patio un espace dédié au public, « l’usine à rêves », qui accueillera des ateliers en accès libre, des événements, un espace détente… Sur ses quatre murs sont projetés des extraits de films de Chaplin. Autour, le parcours est assez libre et s’organise autour de quatre thématiques, très présentes chez Chaplin comme dans les productions des artistes d’avant-garde. Une première partie évoque « l’homme-machine » : la démarche saccadée de Charlot, le mouvement, mais aussi la mécanique, le rapport au travail – des préoccupations qui sont aussi celles de Kupka, Picabia, Hausmann... Nous abordons ensuite la façon dont il réinvente ou détourne les objets. Robert Desnos disait de Charlot qu’il était révolutionnaire car il ne suit aucune règle. Cela résonne parfaitement avec ce que font les surréalistes dans les années 1930 et nous le montrerons à travers des œuvres de Dali, Magritte… La 3e partie s’intitule « le spectacle mis en abyme », car dans certains de ses films, Chaplin porte un regard sur son propre métier et son milieu. Nous l’illustrons avec Calder, Chagall, Brassaï... Enfin, une dernière partie évoque l’histoire, la politique, les guerres, les préoccupations sociales comme les migrations, la religion... On retrouvera ici beaucoup de photos et de photomontages, dont ceux de John Heartfield. "

Et Chaplin ne sera pas présent qu’au Musée d’arts...

" En effet, le Cinématographe va proposer le 4 décembre une projection de la version initiale de « La Ruée vers l’or », à la veille d’un colloque que nous organisons avec l’Université Paris 1. Du 12 octobre au 19 novembre, un cycle avec des longs et des courts de Chaplin, mais aussi des films d’autres réalisateurs en lien avec lui, sera aussi proposé. Le Katorza organise lui aussi des projections. Du côté d’Angers Nantes Opéra, un ciné-concert est proposé à Graslin avec un « Burlesque on Carmen ». Un concert « Les temps modernes » sera proposé en janvier au Conservatoire dans le cadre des Heures du jeudi. "

Infos pratiques et programme des interventions autour de l’exposition sur le site du Musée d’arts de Nantes

Chaplin booste la fréquentation du musée d'arts de Nantes

Sur la période du 18 octobre au 13 janvier 2020, le musée a accueilli 110 332 visiteurs.

  • 53,5 % pendant les vacances, 46,5 % en période scolaire
  • 52,4 % en semaine, 47,6 % les week-end
  • 13,8 % les premiers dimanches gratuits

À titre de comparaison, l’exposition référence « Les avant-gardes russes », succès qui a fait date dans l’histoire du musée, avait drainé 110 000 visiteurs du 30 janvier au 2 mai 1993.
L’exposition de la collection des Kandinsky du Centre Pompidou à Paris en 1998 a elle accueilli 134 000 visiteurs.

À noter

De Nantes à Abu Dhabi

C’est une première pour un musée français en région : le Louvre Abu Dhabi présentera une version de cette exposition initiée à Nantes du 15 avril au 11 juillet 2020. « Leur programmation se base beaucoup sur les carrefours, les échanges, les points de contact, explique Claire Lebossé. Et Chaplin est justement un lien entre différentes zones. »

Ça peut vous intéresser