2019-07-29T09:22:05Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/saison%20culturelle/grand-t-675.jpg

Actualités Publié le 29 juillet 2019

Le Grand T : la saison 2019-2020 en 6 lettres

Le théâtre porté par le Département propose cette année 61 spectacles, qui se font souvent l’écho des problématiques actuelles : climat, parité, vieillissement, burn-out... L’éclairage et les coups de cœur de Catherine Blondeau, la directrice.

Du 24 au 28 septembre, « Le Bruit des Loups » d’Étienne Saglio ouvre la saison du Grand T en mêlant magie et numérique (photo Prisma Laval).
Du 24 au 28 septembre, « Le Bruit des Loups » d’Étienne Saglio ouvre la saison du Grand T en mêlant magie et numérique (photo Prisma Laval).

T comme Tarifs

Pour diversifier la fréquentation de la salle, nous avons réalisé quelques ajustements. Le tarif abonnés sera désormais accordé à partir de 3 spectacles au lieu de 4. Nous mettons en place un tarif « dernière minute » à 15€ (10€ pour les – de 26 ans), car il y a toujours des places restantes le soir des spectacles, et une offre duo : 40€ pour deux billets au lieu de 50€.

P comme Partenariat

26 représentations sous chapiteau au parc des Chantiers sont prévues pour « Tout est bien ! Catastrophe et bouleversement » de la Cie Pré-O-Coupé. Six théâtres de toute l’agglo s’unissent pour rendre possible ce spectacle qui traite de la collapsologie, et où tout s’écroule. C’est extrêmement virtuose et très drôle (du 16 novembre au 15 décembre).

E comme Environnement

Trois spectacles évoquent l’urgence environnementale. « J’aime Hydro » (10, 11 et 12 mars) est un stand-up artistique et une longue enquête qui met en scène Christine Beaulieu, une star québécoise. Dans « Arctique », un thriller climatique, Anne-Cécile Vandalem mélange au plateau théâtre et vidéo, avec des niveaux de narration différents qui permettent d’entretenir un suspense délicieux (6 au 11 janvier). Enfin, « L’herbe de l’oubli » évoque la catastrophe de Tchernobyl et mêle acteurs et marionnettes (3 au 7 mars).

T comme Tarquin

Dans sa nouvelle création, Jeanne Candel pratique à nouveau le mélange des genres. Les comédiens sont aussi des musiciens, d’une virtuosité époustouflante. La pièce parle d’un sujet grave, les tyrans et dictateurs sanguinaires et l’on y croise l’empereur romain Tarquin le Superbe, des criminels de guerre nazis, les cantates de Bach et… une salle de bain (du 16 au 18 octobre).

I comme Idoles

Christophe Honoré est déjà venu plusieurs fois au Grand T. Dans ce dernier volet de son triptyque sur l’homosexualité, il évoque les grands hommes morts du sida dans les années quatre-vingt : Lagarde, Koltès, Bagouet, Jacques Demy, Serge Daney... Mais ce n’est pas du tout sinistre, puisqu’il les ressuscite dans ce qui est une ode à la vie et au théâtre. Deux personnages sont même interprétés par des femmes ! Ce sera un des grands moments de la saison (du 5 au 8 mai).

F comme femmes

Mis en scène par Julie Bérès, « Désobéir » met en scène trois jeunes femmes de banlieue et traite du pouvoir de dire non (23 au 26 mars). « Projet.PDF », pour Portés de femmes, est interprété une troupe de cirque entièrement féminine avec 17 artistes en plateau (27 au 29 avril). Avec « A la trace », une pièce de théâtre plus intime, Anne Théron et Alexandra Badea évoquent les difficultés de la maternité (4 au 6 mars).

Programme complet et billets en vente sur le site du Grand T

Ça peut vous intéresser