2019-02-13T11:13:52Z

Actualités Publié le 13 février 2019

10 choses à savoir sur Hip Opsession #15

Le festival s’empare de la métropole du 14 février au 3 mars. Tour d’horizon de ce rendez-vous incontournable de la culture hip-hop.

EOW au Ferrailleur  © CLACK David Gallard
EOW au Ferrailleur © CLACK David Gallard

32 lieux participent à l’événement

Plus de 50 événements attendent le public, qu’il soit curieux ou déjà passionné. Comme le rappelle David Martineau, délégué à la culture de la ville : « La programmation éclectique du festival permet d’embrasser le hip-hop dans toutes ses dimensions ». Elle se décline dans 14 structures à Nantes et 4 à Orvault, La Chapelle-sur-Erdre et Rezé, auxquels viennent s’ajouter les 16 bars nantais qui accueillent la soirée Back dans les bars, le 14 février. « Des lieux multidisciplinaires et associés à l’élaboration de la programmation », expliquent les organisateurs du festival.

Les jeunes artistes côtoient les aînés du hip-hop

Attaché « au croisement des styles et des générations », Hip OPsession met à l’affiche les figures emblématiques du mouvement, comme Disiz ou Sadat X & El Da Sensei, mais aussi les talents émergents. Cette année la nouvelle vague du rap français est à l’honneur, avec PLK, Kikesa, Gro Mo, mais aussi Infinit’ et Alpha Wann.

La programmation est locale et internationale

La scène hip-hop internationale foisonne. Alors, la programmation se balade à travers le monde, de la Belge Blu Samu à la sudafricaine Dope Saint Jude, sans oublier son attachement à la scène locale et ses nombreux représentants, comme Odor, As Tec, Baby Black, Disquette Software, etc.

La battle Opsession réunit près de 200 danseurs

Le 15 et 16 février, l’événement phare du festival convie, au lieu unique, des danseurs de près de 29 nationalités différentes. « Sa qualité artistique et son ambiance en font l’une des battles les plus courues au monde ». A réserver en avance, donc.

Le QG du festival a été repensé par Grems

Le point de ralliement officiel du festival, rue des pénitentes, fait peau neuve. Le QG devient la Galerie des Opsessions, pilotée par Grems. « Il s’agit d’offrir un lieu soigné et convivial, pour apporter plus de visibilité au mouvement hip-hop », explique l’artiste. Au programme : concerts, projections, conférences, expositions et tatouages.

Les enfants aussi aiment le hip-hop !

Les mercredis 20 et 27 février, place aux jeunes générations ! Hip Hop Kidz s’adresse aux enfants, en leur proposant des journées d’initiation, avec des ateliers de découverte sur le hip hop (beatbox, dessin, sérigraphie, etc.), un goûter et une boum, pour finir en musique.

La pratique est mise à l’honneur

Pour les organisateurs, il est essentiel de « transmettre les valeurs du hip hop, en favorisant la pratique ». Des ateliers, initiations et rencontres sont ainsi organisés pendant les deux semaines du festival : graffiti, danse, DJing, beatbox, etc.

Le festival est un lieu de réflexion

Avec des tables rondes, sur le turntablism ou la pluralité dans le rap français, des conférences dansées, ou encore des projections de documentaires, Hip Opsession entend nourrir le dialogue et provoquer les rencontres autour de la culture hip-hop.

Hip Opsession défend l’accessibilité des publics

Le festival met un point d’honneur à rendre ses événements et ateliers accessibles aux personnes en situation de handicap. Plusieurs dispositifs sont mis en place : gilets et mobiliers vibrants, interprètes LSF, guides pour malvoyants, etc.

60% de la programmation est gratuite

Soirée Back dans les Bars, Galerie des Opsessions, Hip Hop Kidz, tables rondes, scènes ouvertes, concerts, etc. La programmation 2019 propose de nombreux événements gratuits.  

Plus d’infos

http://www.hipopsession.com/programmation

A lire aussi