2019-09-25T09:25:43Z

Actualités Publié le 25 septembre 2019

Un éclairage créatif pour les amateurs de glisse et de parkour

Le site de pratiques sportives libres du quai Gaston-Doumergue, sur l’île de Nantes, est désormais doté d’un système d’éclairage pour accompagner les pratiques sportives libres la nuit. Ce dispositif expérimental a été conçu en étroite collaboration avec les usagers de l’espace.

20h30 ce vendredi 20 septembre, la nuit est tombée quai Gaston-Doumergue. La Guinguette du Belvédère fait le plein, les riders glissent sur le bowl du skatepark et les sportifs sculptent leur silhouette sur l’aire de street workout. La nouveauté ? Le site, également fréquenté par les amateurs de parkour, est désormais éclairé « de manière créative et intelligente. » Pilotée par l’agence de développement économique de la Samoa (Société d’aménagement de la métropole Ouest Atlantique) dans le cadre de la politique municipale « Nantes, terrain de jeux », cette expérimentation labellisée Nantes CityLab associe Nantes Métropole, la Ville et l’industriel Bouygues énergies & services. « La problématique du skateur, c’est que lorsque la nuit est tombée, il ne peut plus rien faire. L’enjeu de ce nouvel éclairage est donc d’apporter les meilleures conditions possibles pour que chacun puisse pratiquer son sport à l’heure qui lui convient », explique Francky Trichet, adjoint municipal et métropolitain en charge de l’innovation et du numérique. Également amateur de glisse, il est venu inaugurer le dispositif, aux côtés d’Ali Rebouh, adjoint aux Sports de la Ville.

Une démarche de concertation

Nicolas Houel, chercheur en études urbaines nocturnes, a participé à la conception de l’éclairage. « Nous avons des projecteurs LED, avec une température de couleur très chaude pour un rendu d’éclairage froid. C’est l’idéal pour les sportifs qui y voient plus clair. L’innovation, c’est aussi le déclenchement de barres rouges lumineuses, respectueuses de l’environnement, à 22 heures pour annoncer la fin de la pratique sportive et permettre aux gens d’évacuer les lieux. »

L’expérimentation a été menée en étroite collaboration avec les usagers du site sportif. Plusieurs workshops de co-conception du design lumière ont permis aux utilisateurs de faire remonter leurs attentes. Une démarche de concertation saluée par Guitchom Fournier, président de l’association Unity4Ride. Le dispositif est évolutif : il sera testé durant 12 mois avec une phase d’évaluation pour déterminer les perspectives du projet. Les lumières étant modulables, il sera également possible d’ajuster l’éclairage tout au long de l’année selon les retours des usagers.

Ça peut vous intéresser