2019-08-28T16:04:35Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/saison%20culturelle/saisonlu675.jpg

Actualités Publié le 28 août 2019

Lieu unique : la saison 2019-2020 en 6 lettres

Plus de 100 représentations seront à l’affiche du centre de culture contemporaine de Nantes. Fleur Richard, secrétaire générale du lieu unique, dévoile les grandes tendances de cette saison.

« Jacqueline », d’Olivier Martin Salvant, sera joué en mars 2020 (photo Yvan Clédat).
« Jacqueline », d’Olivier Martin Salvant, sera joué en mars 2020 (photo Yvan Clédat).

U comme Utopie

Le lieu unique crée des passerelles entre les arts : théâtre, musique, danse, cirque mais aussi débat d’idées, cinéma documentaire, littérature. Au-delà de la saison de spectacles, le lieu vibre tout au long de l’année de grands événements. Ces liens, ces frottements et rencontres sont le creuset des utopies. Les idées, rêves, projets des artistes invités se croisent et suscitent, auprès du public, des images et des espoirs lumineux.

F comme Futur

La fabrique du futur est l’un des axes de notre projet artistique. L’idée : mettre en lumière l’innovation culturelle et les nouvelles formes, projets à la pointe de la recherche artistique, les visions prospectives de nos sociétés, en proposant notamment de nouvelles esthétiques, des visions décalées du monde, ou en travaillant avec les créateurs de demain. Cette année, le temps fort « Nos Futurs » propose quatre spectacles et plusieurs conférences pour aborder sous différents angles la question des robots et de l’intelligence artificielle, par exemple.

O comme Observatoire

Autre axe, l’observatoire du monde. Cette thématique, ancrée dans le réel et le politique, montre la complexité du monde, sa variété et ses richesses, par le biais de différentes déclinaisons : les récits du réel, les liens entre sciences et sociétés, l’ailleurs… La saison théâtrale l’illustre particulièrement. Elle aborde par exemple les enjeux géopolitiques de la circulation des informations, les réminiscences de la guerre d’Algérie dans la vie d’adultes d’aujourd’hui, ou la question des origines sociales dans nos sociétés inégalitaires.

O comme Olivia Grandville

La chorégraphe et danseuse est associée au lieu unique depuis deux saisons. En février, elle propose une soirée avec les danseurs du Ballet de Lorraine, centre chorégraphique national, où ils interpréteront deux pièces : « For Four Walls », dans le cadre du 100e anniversaire de Merce Cunningham et « Jour de colère » d’Olivia Grandville.

P comme PréLUdes

Un nouveau rendez-vous est proposé cette année, en partenariat avec l’ONPL : pour découvrir ou redécouvrir de grandes œuvres de la musique classique, commentées par le musicologue iconoclaste et fantasque Clément Lebrun – créateur de l’émission « Le Cri du Patchwork » sur France Culture. Il emmènera le public à la rencontre des œuvres de Beethoven en novembre, Prokofiev en février ou du concerto pour guitare et orchestre, avec le guitariste Thibault Cauvin, en mars.

S comme Singulier

Depuis plusieurs années, le lieu unique invite régulièrement des créateurs indisciplinés dont les trajectoires empruntent des chemins sinueux aux frontières de l’art. Cette année, le temps d’un week-end, une vingtaine d’artistes investiront le lieu unique avec parmi eux Olivier Martin-Salvan qui, avec son spectacle « Jacqueline » (en mars 2020) porte à la scène des textes d’artistes marginaux. Accompagné par le musicien Philippe Foch, le performer orchestre une plongée dans les méandres de l’esprit humain qui sort des codes artistiques habituels.

Programme complet et billetterie sur le site du lieu unique