2019-07-03T09:03:31Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/saison%20culturelle/nouveaupavillon675.jpg

Actualités Publié le 03 juillet 2019

Le Nouveau Pavillon: la saison 2019-2020 en 6 lettres

Implanté à Bouguenais, le Nouveau Pavillon poursuit son exploration des musiques « trad’actuelles », à travers son festival Eurofonic et une quinzaine de soirées musicales programmées au Centre Marcet. Cette nouvelle saison fait la part belle à la jeune création, comme l’explique son directeur Maël Hougron.

nouveaupavillon800.jpg

T comme « Trad’actuelles »

C’est notre ligne artistique. On s’attache aux musiques de création contemporaine nourries de musique traditionnelle. Ce sont des musiques qui viennent nécessairement inclure des métissages entre musique traditionnelle et jazz, rock, électro... Nous cherchons à garder les spécificités de ces musiques et ne sommes ni dans une approche folklorique, ni dans une approche « world ».

C comme Carte du Pav’

Les usages évoluent parmi nos spectateurs. Cette carte, qui coûte 10 euros, remplace notre ancienne formule d’abonnement qui était assez rigide. Elle est plus souple et tout aussi favorable. Elle permet d’avoir un tarif préférentiel sur l’ensemble des dates, de bénéficier d’un concert au prix d’ami de 8 euros parmi une sélection de 4 concerts, d’un 5ème concert gratuit et de réductions chez nos partenaires.

J comme Jeune création

Pour cette nouvelle saison, on va plus s’attacher à la jeune création, aux jeunes projets que nous avons accueillis en résidence, mais pas seulement. L’idée est de montrer la diversité, le dynamisme de nos musiques et de la musique en général, de donner à voir et à entendre un panorama en lien avec ce qui se crée en ce moment, plutôt que de partir uniquement sur des « valeurs sûres » qui nous sécuriseraient mais qui seraient moins dans les objectifs fondamentaux de l’association. Nous recevrons, pas exemple, le violoniste Baltazar Montanaro, le groupe de musique asturienne Muga et le groupe breton Ludjêr.

Y comme Yaïa

C’est l’un des concerts les plus étonnants de la saison à venir. Il représente beaucoup l’esprit qu’on essaie de défendre avec, à la fois une grande exigence musicale et une approche de répertoire judéo-espagnol qui peut paraître savant alors que c’est un spectacle pop rock dansant et très festif.
Représentation le 30 janvier.

U comme Ultime

Nous organisons une soirée commune avec le Théâtre de l’Ultime, compagnie Bouguenaisienne avec qui nous partageons notre salle, nos locaux, et beaucoup d’affinités ! C’est la première fois que nous proposons du théâtre et un concert dans la même soirée, qui aura l’intime comme fil rouge. En première partie, la compagnie présentera une pièce appelée 2020#1#Cvousquiledites, basée sur des témoignages de vie collectés auprès de la population. Il y aura ensuite un interlude musical avec un répertoire folk assez festif de Baltazar Montanaro et Sophie Cavez. La seconde partie sera consacrée à « Amour », solo très intime de Baltazar Montanaro.
Représentation le 6 décembre.  

E comme Eurofonik

Le festival revient pour sa 8ème édition du 13 au 21 mars. On garde le concept des années précédentes avec un festival décentralisé. L’ancrage nantais sera encore fort et mettra en avant la diversité des musiques trad’actuelles avec des solos et duos de musique acoustique au Château des ducs de Bretagne, du gros son au Stereolux et des propositions artistiques audacieuses au Pannonica.

Programmation et billetterie en ligne sur le site du Nouveau Pavillon

Ça peut vous intéresser