2019-10-02T10:52:02Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/economie-emploi/min/min-travaux-675.jpg

Actualités Publié le 02 octobre 2019

Ancien MIN : une démolition en faveur de l’économie circulaire

Le chantier de déconstruction de l’ancien Marché d’intérêt national (MIN) bat son plein. Pour limiter l’empreinte écologique de l’opération, la Samoa favorise le réemploi des matériaux et développe un pôle d’activités économiques transitoire dans la partie ouest de l’ex-MIN. 

86 % des déchets issus de la démolition du MIN sont réutilisés sur site dans le cadre du projet urbain, évitant ainsi 6000 rotations de camions sur les routes.
86 % des déchets issus de la démolition du MIN sont réutilisés sur site dans le cadre du projet urbain, évitant ainsi 6000 rotations de camions sur les routes.

C’est un territoire en pleine mutation au sud-ouest de l’île de Nantes. Après le déménagement du MIN à Rezé, le chantier de démolition a démarré au printemps 2019 par les parties centrales et sud. En novembre, l’opération entre dans sa deuxième phase avec la démolition de la halle à marée – qui a accueilli le festival Scopitone en septembre – et des halles centrales, libérées en juin 2020 pour permettre la construction du CHU, dont le feu vert a été donné cet été.

95 % des matériaux recyclés

Engagée dans un processus de transition énergétique, la Samoa (Société d’aménagement de la métropole Ouest Atlantique) met le réemploi et le recyclage au cœur de l’opération. 86 % des déchets issus de la démolition sont ainsi réutilisés dans le cadre du projet urbain : le béton concassé sera employé pour la réalisation des remblais et la sous-couche de voirie. En parallèle, 9 % des déchets sont recyclés dans des filières spécifiques (carton, bois, ferraille, plastique). Les 5 % restants – matériaux souillés, amiante, solvants, néons, traverses de chemin de fer - sont traités dans des centres de gestion spécialisés. Avec le réemploi sur site, ce sont aussi 6000 rotations de camions qui sont évitées sur deux ans. « Le BTP produit 2 millions de tonnes de déchets par an à l’échelle de la métropole, c’est 8 fois plus que les ménages. Avec cet exemple, on se dit qu’on a un vrai levier en faveur de la transition écologique et pour développer un BTP durable », souligne Mahel Coppey, vice-présidente de Nantes Métropole à l’économie sociale et solidaire et à l’économie circulaire. Cette valorisation des déchets sur place permet également d’économiser près d’un million d’euros.

6000 m2 d’activités transitoires

La Samoa a fait le choix de conserver temporairement les bâtiments de l’ancien marché aux fleurs du MIN pour y accueillir un nouveau pôle d’activités de 6000 m2 orienté autour de l’agriculture urbaine, de la logistique urbaine et des activités créatives et culturelles. Son nom ? MIN DE RIEN, un clin d’œil à l’ancienne activité du site et à la frugalité de la démarche. Parmi les nouveaux occupants : Antoine Gripay, gérant du studio Katra, un atelier de design et de scénographie. « L’intérêt, c’était de pouvoir avoir des plus grands volumes pour mixer atelier et bureaux. L’idée est aussi de créer un nouvel écosystème à notre échelle en faisant venir dans nos locaux un urbaniste, un architecte, un ébéniste, des peintres en bâtiment… Nous avons beaucoup de collaborations et c’est intéressant de pouvoir avoir tout le monde à proximité pour développer des projets. Et il y a bien sûr la volonté de créer des synergies avec les autres acteurs du lieu ! » MIN DE RIEN est aussi investi par l’Agronaute, une ferme expérimentale pilotée par l’association La Sauge qui préfigure la future ferme urbaine solidaire des 5Ponts, Le Champignon Urbain, premier producteur de champignons sur Nantes ou encore Le Kiosque Paysan, une plateforme logistique mutualisée dédiée aux produits fermiers bios et locaux.

Ce pôle d’activités est transitoire. La démolition de l’ancien chantier aux fleurs interviendra à partir de 2025 pour laisser place à un nouveau quartier de vie et une partie du grand parc de Loire.

Ça peut vous intéresser