2019-05-22T14:11:57Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/services-administratifs/compagnon-liberation/compagnonliberation675.jpg

Actualités Publié le 22 mai 2019

Les cinq communes Compagnons de la Libération renouvellent leur serment

Elles réaffirment aujourd’hui le devoir de mémoire pour cet ordre institué en 1940 par le général de Gaulle.

Le 18 juin 2010, 70 ans après l’Appel de Londres, une statue du général de Gaulle était inaugurée sur l’esplanade des Cinq communes compagnons de la Libération, située à l’extrémité du cours des 50-Otages à Nantes.
Le 18 juin 2010, 70 ans après l’Appel de Londres, une statue du général de Gaulle était inaugurée sur l’esplanade des Cinq communes compagnons de la Libération, située à l’extrémité du cours des 50-Otages à Nantes.

Un peu d’histoire. L'Ordre de la Libération est « destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de la libération de la France et de son Empire», rappelle le Musée de l’Ordre de la Libération, installé aux Invalides à Paris.

Nantes fut par décret du général De Gaulle le 11 novembre 1941, la première des cinq communes françaises à se voir attribuer le titre de Compagnon de la Libération, pour avoir « donné à la France (...) l’exemple de ce que peut faire et de ce que sait faire une bonne grande ville française quand elle est courageuse et résolue !»

Les quatre autres villes honorées seront donc ensuite Grenoble (décret du 4 mai 1944), Paris (24 mars 1945), Vassieux-en-Vercors (4 août 1945) et enfin l’Ile de Sein (1er janvier 1946). Réunies au sein de l’Ordre de la Libération, « elles y partagent un héritage hors du commun fait de courage et de souffrance et sont rassemblées autour d’un pacte d’amitié depuis le 3 décembre 1981, symbolisant et réaffirmant la mémoire singulière qu’elles partagent. »

Transmettre les valeurs de l’Ordre de la Libération

En ce 74ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Johanna Rolland, maire de Nantes aux côtés des quatre autres maires, Anne Hidalgo, maire de Paris, Éric Piolle, maire de Grenoble, Thomas Ottenheimer, maire de Vassieux-en-Vercors et Dominique Salvert, maire de l’Ile-de-Sein, se sont réunis à Vassieux-en-Vercors ce mercredi 22 mai 2019 « pour renouveler leur serment et réaffirmer la volonté de transmission des valeurs de l’Ordre, qui sont aussi celles de la République. »

« Parce que les générations passent, parce que notre monde va vite et que son rythme nous enchaîne parfois à l'immédiateté et à l'éphémère, nous avons un devoir particulier de mémoire, pour transmettre le souvenir de celles et ceux qui se sont battus pour notre liberté, honorer leur mémoire, faire vivre les valeurs qui les animaient » précise Johanna Rolland pour qui « nous nous y employons. Nous le faisons dans nos collectivités respectives. (…) Car cette fidélité à la mémoire des femmes et des hommes qui ont refusé la défaite, qui ont refusé l'abjection du nazisme, qui ont combattu ses complices, elle doit aussi s'exprimer dans nos choix, dans notre action au quotidien, aujourd’hui. »

« Soyons dignes »

« Alors soyons dignes d’eux, des combattants du Vercors, des 130 hommes de l’Ile de Sein qui répondirent à l’appel du général de Gaulle, des 50 otages dont Nantes garde la mémoire, des insurgés parisiens qui se soulevèrent en août 1944, des courageux manifestants grenoblois du 11 novembre 1943, dont 44 furent arrêtés et déportés. Soyons dignes de tous les autres, connus ou anonymes. C’est ce que nous faisons chaque jour. C’est ce que nous faisons aujourd’hui, en nous retrouvant ici. C’est ce que, toujours, nous devons continuer à faire», affirme Johanna Rolland.

Ça peut vous intéresser

L’ordre de la Libération, deuxième ordre national français après la Légion d’honneur

L’ordre de la Libération a donc été institué par le Général de Gaulle en 1940. Deuxième ordre national français après la Légion d’honneur (créé par Napoléon Bonaparte en 1802), l’ordre de la Libération ne comporte qu’un seul grade et un seul titre, celui de Compagnon de la Libération.

1 038 croix de la Libération ont été décernées à des personnes physiques, 18 à des unités militaires et cinq à des communes françaises : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'Ile de Sein.

Le musée de l’ordre de la Libération, récemment rénové, présente dans une scénographie renouvelée l’histoire et l’engagement des compagnons de la Libération.