2020-06-19T17:21:31Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/appel%2018%20juin/18juinappel675.jpg

Actualités Publié le 19 juin 2020

Il y a 80 ans, l’Appel du 18 juin

Refusant la débâcle de la France face à l’Allemagne nazie, le général de Gaulle appelait depuis Londres à la résistance face à l’occupant. C’est la naissance de la France libre.

Le 18 juin 2010, 70 ans après l’Appel de Londres, une statue du général de Gaulle était inaugurée sur l’esplanade des Cinq communes compagnons de la Libération, située à l’extrémité du cours des 50-Otages à Nantes
Le 18 juin 2010, 70 ans après l’Appel de Londres, une statue du général de Gaulle était inaugurée sur l’esplanade des Cinq communes compagnons de la Libération, située à l’extrémité du cours des 50-Otages à Nantes

Charles de Gaulle arrive à Londres le 17 juin 1940 avec l'intention de négocier avec les Britanniques, alliés de la France, la poursuite de la guerre. Il rencontre le Premier ministre britannique, Winston Churchill, dans l'après-midi. De Gaulle défend son projet de maintenir la France dans le combat même en cas de fin des combats décidée par le gouvernement installé à Bordeaux. Il émet le souhait de pouvoir s'exprimer à la radio dès que la nouvelle de la demande d'armistice tombera. Churchill donne son accord de principe et met à disposition la BBC. Elle a un rayonnement international qui lui permet de diffuser en Europe, donc en France.

Le 17 juin 1940, le maréchal Pétain, nouveau chef du Gouvernement français, lors d’un discours officiel à la radio annonce qu'il faut cesser le combat. Et son intention de demander à l'ennemi la signature d'un armistice. Churchill et de Gaulle conviennent dès lors que le second s'exprimera le lendemain sur les ondes.

De Gaulle lit son discours sur les antennes de la BBC à Broadcasting House à 18 heures, heure locale, le mardi 18 juin 1940. Le discours, annoncé dans le programme de la BBC à 20 h 15, est diffusé à 22 h.

Comme l'Appel du 18 Juin n'a pas été enregistré, la version sonore qui est connue comporte un texte différent. Il s’agit de l’appel du 22 juin 1940, jour de l'Armistice signé entre la France et l’Allemagne.
Ce discours aura été très peu entendu sur le moment. Mais il est considéré comme le texte fondateur de la Résistance française, dont il demeure le symbole.

Ça peut vous intéresser

Les cinq communes Compagnons de la Libération

Elles portent aujourd’hui le devoir de mémoire pour cet ordre institué en 1940 par le général de Gaulle. Nantes est l’une de ces cinq communes.

Un peu d’histoire. L'Ordre de la Libération est « destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de la libération de la France et de son Empire», rappelle le Musée de l’Ordre de la Libération, installé aux Invalides à Paris.

Nantes fut par décret du général De Gaulle le 11 novembre 1941, la première des cinq communes françaises à se voir attribuer le titre de Compagnon de la Libération, pour avoir « donné à la France (...) l’exemple de ce que peut faire et de ce que sait faire une bonne grande ville française quand elle est courageuse et résolue !»

Les quatre autres villes honorées seront donc ensuite Grenoble (décret du 4 mai 1944), Paris (24 mars 1945), Vassieux-en-Vercors (4 août 1945) et enfin l’Île de Sein (1er janvier 1946). Réunies au sein de l’Ordre de la Libération, « elles y partagent un héritage hors du commun fait de courage et de souffrance et sont rassemblées autour d’un pacte d’amitié depuis le 3 décembre 1981, symbolisant et réaffirmant la mémoire singulière qu’elles partagent. »