2020-12-02T15:59:22Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/pont%20anne%20bretagne/pontannebretagne675.jpg

Actualités Publié le 02 décembre 2020

Le pont Anne-de-Bretagne, hier, aujourd’hui et demain

Du pont transbordeur au pont Anne-de-Bretagne, la Loire se franchit ici depuis 117 ans. D’ici à 2026, il verra circuler le tramway.

Les vestiges du pont transbordeur, démantelé en 1958, côtoient le pont Anne-de-Bretagne mis en service en 1976.
Les vestiges du pont transbordeur, démantelé en 1958, côtoient le pont Anne-de-Bretagne mis en service en 1976.

1er novembre 1903 : le pont transbordeur est mis en service entre le quai de la Fosse et la Prairie-au-Duc. L’ouvrage métallique supportant une nacelle facilite la vie des ouvriers des chantiers navals. Ils l’empruntent quotidiennement, matin et soir, à pied ou à vélo. C’est Ferdinand Arnodin, architecte et ancien élève de Gustave Eiffel, qui conçoit cet édifice en inventant un modèle de « pont à transbordeur à contrepoids et articulations », une spécificité nantaise reprise quelques années plus tard à Marseille. Fragilisé par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, rongé par la rouille, il est finalement démantelé en 1958, les travaux nécessaires pour sa conservation s’avérant trop lourds.

Du pont Léon-Bureau au pont Anne-de-Bretagne

Dix ans plus tard, une étude démontre que Nantes est sous-équipée en infrastructures pour répondre aux besoins de franchissement de la Loire. En 1973, le marché public est lancé pour bâtir le futur « pont Léon-Bureau », à l’emplacement même du pont transbordeur, et c’est l’Entreprise des travaux publics de l’Ouest (aujourd’hui, groupe ETPO) qui remporte le concours. Elle propose une solution technique qui consiste à utiliser le mur de quai existant en le consolidant par des injections de mortier. Le coût de l’opération se monte à environ 6,5 millions de francs (l’équivalent d’un million d’euros). Le pont est achevé en 1975 et devient le pont Anne-de-Bretagne.

Nouveau visage, nouveaux usages

Le Grand Débat « Nantes, la Loire et Nous » a débouché sur de grandes orientations pour augmenter la capacité de franchissement de la Loire. Le doublement du pont Anne-de-Bretagne est envisagé afin d’intégrer en toute sécurité,  dès 2026, les futures voies de tramway. « La solidité actuelle du pont ne permet pas de faire passer le tramway, explique Coline Vasseur, membre de l’équipe projet Nantes Métropole. Le futur pont devra également répondre à plusieurs enjeux. Pont nature, il devra s’inscrire dans la trame verte de Nantes en accueillant de la végétation, assurant ainsi une connexion sous la forme d’un corridor végétalisé. Sous le pont, le projet veillera à préserver la biodiversité du lit du fleuve et devra prendre en compte les usages liés à la navigation. Par ailleurs, il deviendra un espace public majeur qui pourra accueillir des manifestations sportives ou culturelles ».

La concertation en cours sur les trois nouvelles lignes de tramway englobe l’avenir du pont Anne-de-Bretagne et les habitants de Nantes Métropole sont invités à donner leur avis avant le 24 janvier sur la plateforme Dialogue Citoyen.

Ça peut vous intéresser