2021-06-18T09:16:40Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/bibliotheques/Cadavres_exquis_metropolitains-1_675.jpg

Actualités Publié le 18 juin 2021

Cadavres exquis métropolitains : du stylo à la fresque

Porté par l’association Karwan, ce projet littéraire et artistique participatif se décline dans cinq médiathèques de la métropole nantaise, qui vont s’orner des écrits des habitants.

Karelle Ménine lors d'un atelier participatif organisé à la médiathèque Jacques-Demy à Nantes (photo Jean-Félix Fayolle).
Karelle Ménine lors d'un atelier participatif organisé à la médiathèque Jacques-Demy à Nantes (photo Jean-Félix Fayolle).

Le principe du cadavre exquis est connu : plusieurs personnes composent une phrase, sans qu’aucune d’elles ne puisse tenir compte des collaborations précédentes. Fruit de l’imagination et du hasard, ce jeu littéraire et poétique a séduit les surréalistes de l’Entre-deux-guerres. Près d’un siècle plus tard, l’association marseillaise Karwan s’en est emparée pour investir nos villes. À Marseille, en 2014, elle a par exemple créé 16 km de frise écrite dans l’espace public. « Toute la ville devient terrain d’écriture », explique Karelle Menine, journaliste et artiste à l’origine de l’association.

Le projet se décline aujourd’hui dans quatre communes de la métropole nantaise : Nantes avec les médiathèques Jacques-Demy et Luce-Courville, Rezé (Diderot), Bouguenais (Condorcet) et Carquefou (Hélène Carrère-d’Encausse). Il est financé via le Fonds métropolitain de la culture, avec des partenaires privés (Semitan, Harmonie Mutuelle, Elsan et GSF).

Grand format

Dans un premier temps, des ateliers participatifs ont lieu jusqu’au 20 juin avec des habitants. « L’idée, précise Karelle, c’est d’arriver à la fin de chaque atelier à un texte unique, tiré de ce qui a été produit par les participants. Il y a des débats, c’est un exercice démocratique ! » Deuxième temps du projet : « Certains cadavres exquis produits lors des ateliers sont sélectionnés pour que les artistes les retranscrivent en grand format dans l’espace public, explique Marion Chaigne, de la Bibliothèque municipale de Nantes. La création littéraire se transforme alors en œuvre d’art ».

Ces « chantiers d’inscriptions » s’étaleront de la fin juin à mi-juillet dans les médiathèques participantes. Les artistes de Karwan seront épaulés par des étudiants de l’École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire. Un effort collectif qui fait écho à l'imagination du collectif !

Les cadavres exquis métropolitains en images

A la suite des ateliers, sept poèmes font l'objet d'inscriptions murales sur les médiathèques participantes (photo : Jean-Félix Fayolle).
A la suite des ateliers, sept poèmes font l'objet d'inscriptions murales sur les médiathèques participantes (photo : Jean-Félix Fayolle).
Les chantiers sont accessibles au public entre le 23 juin et le 17 juillet  (photo : Jean-Félix Fayolle)
Les chantiers sont accessibles au public entre le 23 juin et le 17 juillet (photo : Jean-Félix Fayolle)
L'esplanade Camille-Mellinet, sur laquelle s'ouvre la médiathèque Jacques-Demy à Nantes, parée de fresques murales (photo : Jean-Félix Fayolle).
L'esplanade Camille-Mellinet, sur laquelle s'ouvre la médiathèque Jacques-Demy à Nantes, parée de fresques murales (photo : Jean-Félix Fayolle).
La médiathèque Hélène-Carrère-d'Encausse à Carquefou.
La médiathèque Hélène-Carrère-d'Encausse à Carquefou (photo Jean-Félix Fayolle).
La médiathèque Condorcet à Bouguenias (© Jean-Félix Fayolle)
La médiathèque Condorcet à Bouguenias (© Jean-Félix Fayolle)
La médiathèque Diderot à Rezé (© Jean-Félix Fayolle)
La médiathèque Diderot à Rezé (© Jean-Félix Fayolle)
La médiathèque Luce-Courville, avec les tours de Nantes Nord en toile de fond (photo Jean-Félix Fayolle).
La médiathèque Luce-Courville, avec les tours de Nantes Nord en toile de fond (photo Jean-Félix Fayolle).
Site des cadavres exquis métropolitains