2021-07-12T15:25:06Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/nature-environnement/eaux%20et%20paysages/eaux-et-paysages-chaussee-robert-675.jpg

Actualités Publié le 12 juillet 2021

Des coteaux à la Loire, une nouvelle promenade nature à découvrir fin 2021

Les travaux du 6e et dernier parcours Eau et paysages ont débuté ce lundi 12 juillet entre La Montagne et le bac d’Indret. Ce sentier, qui serpente sur 1,5 km à travers les prairies humides et l’ancienne chaussée de Robert, sera accessible à partir de fin novembre. Avis aux randonneurs !

D’ici fin novembre 2021, une boucle d’1,5 km reliera les coteaux de La Montagne, au bac d’Indret, dévoilant des vues méconnues sur les bords de Loire. © Romain Boulanger
D’ici fin novembre 2021, une boucle d’1,5 km reliera les coteaux de La Montagne, au bac d’Indret, dévoilant des vues méconnues sur les bords de Loire. © Romain Boulanger

C’est un site bucolique, méconnu du grand public. Emprunté autrefois par les ouvriers pour rejoindre l’Arsenal d’Indret, il va être restauré pour être rendu aux habitants et aux promeneurs dans le cadre du projet Eau et paysages, coordonné par le Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire (lire ci-dessous).

Belvédère et banc monumental

Un belvédère sera aménagé sur le coteau de La Montagne, près du château d’Aux, pour offrir une vue  panoramique à 35 m de haut sur l’autre rive.
Un belvédère sera aménagé sur le coteau de La Montagne, près du château d’Aux, pour offrir une vue panoramique à 35 m de haut sur l’autre rive.

« Le parcours démarrera ici, sur le coteau, par un belvédère panoramique aménagé derrière l’école Jules-Verne, près du château d’Aux, une ancienne folie nantaise qui accueille aujourd’hui une maison d’enfant à caractère social », explique Alain Moinard, adjoint au maire de La Montagne. « La rénovation d’un mur de soutènement en arc de cercle  va permettre d’ouvrir la vue », précise Bruno Moré, paysagiste de Città Urbanisme et paysage, chargé du projet avec le cabinet TUGEC. Le site, surplombant les prairies humides qui formaient autrefois le lit de la Loire, offrira un point de vue remarquable à 35 mètres de haut sur l’autre rive du fleuve, où se devine le clocher de l’église d’Indre. Un horizon qui avait un peu disparu sous la végétation.

Près du bac d’Indret, un banc monumental d’une vingtaine de mètre de long sera encastré dans la berge pour observer le fleuve et les maisons colorées du village d’Indre, le temps d’une halte ou d’un pique-nique.
Près du bac d’Indret, un banc monumental d’une vingtaine de mètre de long sera encastré dans la berge pour observer le fleuve et les maisons colorées du village d’Indre, le temps d’une halte ou d’un pique-nique.

Le sentier, traversé de petits ruisseaux, serpente ensuite sur environ 1,5 km à travers une forêt jusqu’à l’ancien bras principal de la Loire pour longer l’étier, franchir les prairies humides et rejoindre le bac d’Indret. Là, à l’autre extrémité du parcours, une station d’observation atypique sera aménagée près de l’embarcadère du bac. Un banc monumental d’une vingtaine de mètre de long invitera à observer le fleuve et les maisons colorées du village d’Indre, le temps d’une halte ou d’un pique-nique. « Cette œuvre de forme sinueuse, évoquant les méandres du fleuve et les bancs de sable, permettra de redécouvrir le côté îlien d’Indre », s’enthousiasme le maire de la commune, Anthony Berthelot. Ceux qui veulent boucler la boucle pourront ensuite rejoindre de coteau en empruntant l’actuelle digue de La Montagne.

La chaussée de Robert, remarquable avec son allée bordée de 140 platanes. sera ré-empierrée pour rendre le sentier accessible une grande partie de l’année. © Rodolphe Delaroque
La chaussée de Robert, remarquable avec son allée bordée de 140 platanes. sera ré-empierrée pour rendre le sentier accessible une grande partie de l’année. © Rodolphe Delaroque

Deux ponts et une ancienne digue restaurés

Entre les deux sites, une promenade en bois sur pilotis de 280 mètres sera construite pour faciliter la traversée des prairies menant à Indret, inondables au gré des marées. Le projet prévoit également de réhabiliter deux petits ouvrages d’art : le pont de la Rondeau au nord, et le pont de La Roche-Ballue au sud. Aussi appelé « pont chinois » par les habitants, ce dernier, en très mauvais état, sera entièrement reconstruit d’ici fin novembre. Autre élément remarquable du circuit : la chaussée de Robert et son allée bordée de 140 immenses platanes. Aujourd’hui difficilement praticable, cette ancienne digue de 750 m de long, qui porte le nom du directeur de l’ancienne fonderie-forerie de canons d’Indret qui l’a aménagée en 1881, sera ré-empierrée pour rendre le sentier accessible une grande partie de l’année.

Constitué de prairies humides et traversé de petits ruisseaux, le site héberge une faune et une flore riches, dont de nombreuses espèces protégées. © Romain Boulanger
Constitué de prairies humides et traversé de petits ruisseaux, le site héberge une faune et une flore riches, dont de nombreuses espèces protégées. © Romain Boulanger

Des espèces végétales rares

Les travaux, d’un coût de 1,8 millions d’euros, ont débuté ce lundi 12 juillet. Financés par l’Europe, l’État, le Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire, Nantes Métropole avec les communes d’Indre, La Montagne et Saint-Jean-de-Boiseau, ils s’achèveront à l’automne par la pose de panneaux pédagogiques réalisés par Estuarium avec les associations du patrimoine local. « Nous avons réduit au maximum la durée du chantier – deux mois entre juillet et septembre pour les travaux les plus lourds – afin d’éviter les périodes de reproduction de la faune et les crues », précise Bruno Moré. « Ce site sensible héberge une faune et une flore riches, et plusieurs espèces protégées, comme l’Angélique des estuaires et la loutre d’Europe », ajoute Jacque Garreau, vice-président de Nantes Métropole en charge de la métropole nature. Pas moins de 6 espèces de chauve-souris y ont été répertoriées, dont l’une des plus grandes d’Europe, la Noctule commune. « L’objectif est de favoriser la découverte de cette richesse écologique, sans la bouleverser », poursuit l’élu. Une démarche qui rejoint l’un des engagements phare pris par la Métropole après le grand débat sur la Loire de 2015 : « améliorer les cheminements piétons pour faciliter l’accès au fleuve ». Un second sentier est d’ailleurs à l’étude pour rejoindre l’île Bikini, depuis le château du Pé à Saint-Jean-de-Boiseau.

Des mesures pour protéger un environnement riche et fragile

Révéler sans dénaturer. C’est l’un des enjeux majeurs de la démarche Eau et paysages. Pour y parvenir, Nantes Métropole a fait évoluer le projet dans le cadre de sa démarche « éviter-réduire-compenser » : la position du banc monumental a par exemple été revue pour ne pas détruire l’Angélique des estuaires, le cheminement en bois allongé pour protéger les frayères et le belvédère modifié pour éviter l’impact sur le boisement. Réalisé après un inventaire détaillé de la faune et de la flore, l’aménagement du sentier est conçu de A à Z pour limiter l’impact sur l’environnement.  Malgré tout, l’empierrement de la chaussée de Robert va réduire la zone humide. Pour compenser cet impact, tout près de là, sur l’île Mindine à Bouguenais, une peupleraie de 3 400 m² va être restaurée. « En septembre, explique Jacques Garreau, le Conservatoire d'espaces naturels (CEN) abattra les peupliers pour remettre le site à l’état de prairie humide ou de roselière, des milieux écologiques caractéristiques des bords de Loire et plus favorables à la biodiversité ».

villa-cheminee-SM-800.jpg

5 (autres) sites remarquables à découvrir

Initiée en 2013 par le Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire, la démarche Eau et paysages visait à révéler et rendre accessible aux promeneurs six lieux de nature, témoins de la richesse et de la diversité des paysages de l’estuaire. Ce projet au long cours, soutenu par l’Europe et le Programme des investissements d’avenir, s’achève en 2021 par l’aménagement de la promenade des coteaux. Les 5 autres parcours sont déjà livrés. N’hésitez pas à les explorer, ils dévoilent autant de sites remarquables :

  • Le port de Rozé à Saint-Malo-de-Guersac
  • Du lac de la vallée Mabille (Savenay) jusqu'à Lavau-sur-Loire
  • Du port de Cordemais à la Villa Cheminée
  • La vallée du Gesvre jusqu’à Vigneux-de-Bretagne
  • Le pays de Blain à vélo

La Loire se dévoile également au fil du parcours Sémaphores. 5 exemplaires de cette œuvre-belvédère de l’artiste Vincent Mauger rythment les parcours cyclables du pont de Cheviré au pont de Saint-Nazaire, offrant des vues inédites sur Loire, à Saint-Herblain, Couëron, Saint-Étienne-de-Montluc, Donges et Saint-Nazaire.

Plus d’infos sur les sites Eau et Paysages.