2022-02-03T14:45:13Z https://metropole.nantes.fr/files/images/egalite-discriminations/egalite/Aux_Filles_du_Temps_675_380.jpg

Article d'info Publié le 03 février 2022

« Cette génération de jeunes filles va bousculer les codes »

Rencontre avec Alexandra Benhamou, du collectif Lady de Nantes, et auteure de l’enquête Aux filles du temps auprès de 814 filles de 13 à 20 ans de Loire-Atlantique et de Vendée.

@le.roi.des.kobolds a réalisé les illustrations qui accompagnent les résultats de l'enquête
@le.roi.des.kobolds a réalisé les illustrations qui accompagnent les résultats de l'enquête

Comment est née l’enquête Aux filles du temps ?
Avec Lady de Nantes, j’ai réalisé 90 portraits de femmes nantaises. Au cours de nos échanges, beaucoup de jeunes femmes parlaient de leur vécu sur l’espace public et des violences dans leur vie de couple. L’idée de l’enquête est partie de là en constatant qu’il y avait peu d’information sur ces sujets. Je voulais comprendre comment les filles vivent sur le territoire. J’ai construit l’enquête avec deux sociologues et elle a été validée avec des jeunes filles. 70 questions en tout, c’était dur de faire moins. Pourtant, les filles ont répondu présentes, elles avaient besoin de parler. Elles ont fait connaître l’enquête par les réseaux sociaux à côté de la diffusion que j’assurais dans les établissements scolaires et les MJC.

Les résultats sont riches. Quelles sont les données les plus marquantes  ?
L’enquête aborde en effet beaucoup de thèmes. Il y a des chiffres très préoccupants. Par exemple, 26% des filles déclarent avoir déjà subi des violences dans leur relation amoureuse. Elles se disent bien informées sur la sexualité (77 %) et la contraception (72 %) mais assez mal sur l’IVG (49%). Dans l’espace public, 66% ne sentent pas en sécurité et 79% disent avoir déjà été victimes de harcèlement de rue. Les données sont similaires en ville comme en milieu rural. Quand les chiffres de l’enquête sont présentés en classe, tout de suite, ça parle ! Les filles sont contentes que les garçons se rendent enfin compte de leur vécu. Pouvoir le dire et être entendues, ça fait du bien.

L’enquête révèle aussi des résultats encourageants.
Oui ! On constate un attachement à l’égalité entre femmes et hommes, une ouverture sur l’orientation sexuelle… 64 % des filles se considèrent comme féministes, 92% se sentent concernées par l’environnement. Je suis très optimiste : ces jeunes filles parlent, elles décident d’investir l’espace public. Cette génération va bousculer les codes. Certains garçons sont des alliés, mais ça frottera avec d’autres. Il va y avoir des moments compliqués comme dans toute période de changements dans la société.

Quelles sont les suites données à cette enquête ?
L’enquête va se décliner dans les autres départements des Pays de la Loire. Plusieurs idées ont émergé : faire une exposition avec les données, réaliser une série de podcasts, organiser des temps de débat. Le théâtre du Cyclope à Nantes travaille sur une pièce à partir des résultats. L’idée de ce projet est bien de faire s’exprimer les premières concernées, ne pas parler à leur place. On met en lumière des sujets qui ont été ignorés pendant des décennies. Faire parler, c’est déjà agir.

Ça peut vous intéresser

Infos pratiques

L’enquête Aux filles du temps est disponible en contactant l’association par mail : ladydenantes.contact@gmail.com

Alexandra Benhamou présentera l'enquête Aux filles du temps lors de la conférence-débat "Jeunes face aux violences sexistes : en parler, agir et réagir !" le 31 mars 2022. Retrouvez toutes les informations sur la page dédiée aux événements organisés en mars pour la Journée internationales des droits des femmes. Gratuit, sur inscription.