2019-05-02T14:57:53Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/attractivite-tourisme/askip/askip675.jpg

Actualités Publié le 02 mai 2019

Askip, le café-galerie-laverie des Beaux-arts

L’École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire accueille dans son enceinte un nouveau lieu qui cumule les fonctions.

Jonathan Marinier, Louise Guerraud et Pauline Gompertz sont à l’origine du café-galerie-laverie des Beaux-arts.
Jonathan Marinier, Louise Guerraud et Pauline Gompertz sont à l’origine du café-galerie-laverie des Beaux-arts.

Prendre un verre en admirant des œuvres d’art, tout en attendant que son linge soit lavé… C’est désormais possible à Askip, un espace qui a ouvert ses portes fin avril au sein des Beaux-Arts, en plein cœur du quartier de la création. Situé au rez-de-chaussée de l’école et accessible à tous, via le parvis, Askip est ouvert six jours sur sept du mardi au dimanche. C’est un trio réunissant deux diplômées des Beaux-Arts de Nantes, Pauline Gompertz et Louise Guerraud, ainsi que le graphiste Jonathan Marinier, qui en est à l’origine. Actifs dans le champ de l’art et de la musique, ils sont aussi membres du collectif Maison Acid, micro label nantais de musique électronique et organisateurs d’événements depuis 2015.

« Nous avions pensé le projet pour 15 lieux à réinventer, comme un clin-d’œil aux anciens lavoirs où on se retrouvait, explique Pauline Gompertz. Des machines à laver dans des cafés, ça existe dans d’autres villes européennes, mais on voulait aussi une dimension artistique. »

Le projet n’a finalement pas été retenu pour les 15 lieux, « mais l’école a proposé d’aménager l’espace où était auparavant le centre de ressources ». Le trio a été épaulé par les deux designers de PS:MDR, qui ont travaillé au dessin, à la conception, la fabrication et l’agencement du mobilier. « L’idée, conclut Pauline, c’est aussi de créer des événements satellites : des concerts et des DJ sets, des rencontres, des projections… » C’est le photographe parisien Melchior Tersen qui inaugure les expositions. Ses œuvres sont visibles à Askip jusqu’au 23 juin.