2019-02-21T15:31:43Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/enseignement-recherche/iea/christophe-delory-675.jpg

Actualités Publié le 21 février 2019

L’IEA de Nantes fête 10 ans de réflexion

L’Institut d’études avancées organise deux journées de tables rondes pour « penser le monde autrement », avant un spectacle musical tous publics à la Cité. Explications.

L’institut des études avancées a accueillis 309 chercheurs et artistes depuis sa création en 2009 (photo Christophe Delory).
L’institut des études avancées a accueillis 309 chercheurs et artistes depuis sa création en 2009 (photo Christophe Delory).

L’IEA, c’est quoi ?
Ouvert le 27 février 2009 sur le site Marcel-Saupin, l’Institut d’études avancées de Nantes est un lieu qui accueille des chercheurs – et quelques artistes – pour des résidences de trois à neuf mois. « Nous mettons à disposition 20 bureaux et 20 appartements dans la résidence hôtelière, où ils peuvent être hébergés avec leur famille », explique Aspasia Nanaki, secrétaire générale de l’IEA. Fondation indépendante reconnue d'utilité publique, l’institut est financé par des partenaires privés et publics, parmi lesquels Nantes Métropole, l'Université de Nantes et Veolia.

Qui sont les résidents ?
Depuis 2009, 309 chercheurs et artistes ont été accueillis à l’IEA, après avoir été sélectionnés par un conseil scientifique. Ils évoluent principalement dans le domaine des sciences humaines et sociales. « Les résidents font de la recherche libre, non programmée, précise la responsable. Le plus souvent, ils ont le projet d'écrire un ouvrage sur ce qui fait l'essence même de leur discipline. Notre rôle est de créer des conditions favorables pour qu’ils puissent faire un pas de côté et remettre en question les bases théoriques de leurs disciplines. »

Comment travaillent-ils ?
On pourrait presque parler de « retraite » pour les résidents, soumis à des impératifs de présence : repas pris en commun, temps de présentation de leurs travaux chaque lundi matin… Ce cadre encourage aussi les échanges : « L’intérêt pour eux est de se confronter à d’autres chercheurs, venus de disciplines différentes, de pays différents. Cela leur permet de se poser des questions qu’ils ne se seraient pas forcément posées s’ils étaient restés dans leur université ou dans des structures spécialisées. L’IEA est un lieu d’ouverture, de remise en question et de conversation ». 

Quelle est la spécificité de l’IEA de Nantes ?
« Nantes se distingue par la forte présence des sud, qu’il s’agisse de l’origine des résidents ou des sujets de recherche, explique Aspasia Nanaki. On s’intéresse tout particulièrement à ce qui fait société : les questions liées aux croyances, l'esthétique, les valeurs, la littérature, la langue… ». Reconnu pour ses conditions d’accueil et son excellence scientifique, l’institut nantais a été élu en 2015 dans le top 10 mondial des IEA – plus de 200 ont été ouverts de par le monde. « Nous avons rejoint les établissements qui font référence dans le monde : Harvard, Stanford, Berlin, Jérusalem, Berlin… » 

Quels liens tisse l’IEA avec son territoire ?
L’institut organise régulièrement des colloques et séminaires, en partenariat avec d'autres acteurs du territoire. Le lieu unique accueille chaque mois une conférence ouverte au grand public : les mardis de l’IEAoLU. 

Comment vont être fêtés les 10 ans de l’IEA ?
Une centaine d’anciens résidents se retrouvent à l’institut pour deux journées anniversaires, largement ouvertes au grand public. Jeudi 28 février sont proposées trois tables rondes autour du thème « L’Institut, les entreprises et le territoire ». Vendredi 1er mars, en partenariat avec le festival Atlantide, deux nouvelles tables rondes traiteront de questions liées à la littérature. À 21h à la Cité des congrès, le spectacle musical « Pierrot lunaire » allie l’art des marionnettes japonaises bunraku à la musique contemporaine de Schönberg.

Pratique

Programme complet et infos pratiques sur le site de l’IEA