2020-02-18T14:45:45Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/tri-collecte/Valorplast675.jpg

Actualités Publié le 18 février 2020

« Tout le plastique qui va dans le bac jaune est valorisé »

Déléguée régionale Ouest de Valorplast, Nathanaëlle Cadue explique ce que deviennent nos déchets plastiques, une fois sortis du centre de tri Arc-en-ciel 2034.

Trié à l’usine Arc-en-ciel 2034 de Couëron, les emballages plastiques sont ensuite pris en charge par Valorplast pour être recyclés.
Trié à l’usine Arc-en-ciel 2034 de Couëron, les emballages plastiques sont ensuite pris en charge par Valorplast pour être recyclés.

En quoi consiste le rôle de Valorplast dans le traitement des déchets plastiques ?

Les emballages plastiques des habitants de Nantes Métropole sont triés à l’usine Arc-en-ciel 2034, à Couëron. Nous reprenons la matière à la sortie et nous organisons le transport vers les usines de recyclage. Aujourd’hui, nous travaillons avec une trentaine de recycleurs, en France, et dans certains pays limitrophes. 75 % des plastiques sont repris en France. Et il n’y a pas de grand export chez Valorplast, les déchets d’emballage ménagers ne peuvent partir en Asie ou ailleurs.

Cette matière plastique est-elle facturée aux recycleurs ?

Oui, nous vendons les balles de plastique aux recycleurs. Le principe de solidarité est très fort, c’est le même tarif partout sur le territoire. Ensuite, on déduit les frais de transport et de fonctionnement, et le reste est reversé aux collectivités. Nous avons des contrats avec environ 65% des collectivités françaises sur 5-6 ans, on s’engage dans le même temps avec des recycleurs qui ont donc une visibilité sur leur activité. Et on assure la traçabilité des tonnages.

Comment le plastique est-il recyclé ?

Les recycleurs réceptionnent les balles, les ouvrent. Un tri complémentaire est effectué. Ensuite le plastique est broyé, lavé. Par flottaison, on sépare les bouchons (qui flottent) et les bouteilles (qui coulent). Les paillettes sont lavées et séchées, et peuvent être transformées en granules. Avec le PET clair (Polytéréphtalate d'éthylène, celui des bouteilles d’eau, par exemple, NDLR) on refait des bouteilles ou de la fibre polaire. Avec le PEHD (polyéthylène haute densité), la matière des bouteilles de lait opaques ou des flacons de lessive, on refait des arrosoirs, des sièges auto, des tubes pour l’assainissement...

Une fois trié, tout emballage plastique est donc recyclé ?

Aujourd’hui, il y a environ 1 million de tonnes de plastiques d’emballage sur le marché. On en valorise 300 000, à 80% en valorisation matière (recyclage) et 20% en valorisation énergie. Mais tout le plastique qui va dans le bac jaune est valorisé.

Que va changer l’extension des consignes de tri, prévue pour 2022 sur tout le territoire français ?

Jusqu’à présent, on s’intéressait aux bouteilles, aux flacons, et désormais on va travailler sur le reste. Cela nécessite une évolution des centres de tri, ce qu’a fait Nantes Métropole avec Arc-en-ciel 2034. Avec cette extension, il y aura plus de matière. L’idée sera donc d’inciter les entreprises à utiliser moins de matière vierge, et plus de matière recyclée. Les citoyens ont un rôle à jouer là-dedans, car il faut que le geste de tri s’améliore pour que la qualité de la matière progresse. Si on utilise du plastique, autant bien le mettre dans les sacs de tri. Car le plastique qui finit dans les océans c’est celui que l’on jette dehors.

À noter

Pour en savoir plus

Valorplast a été créé en 1993 pour travailler sur le recyclage du plastique. L’entreprise a contribué il y a plus de 25 ans à développer la filière de recyclage des emballages ménagers. A l’époque, les déchets industriels étaient les seuls à être recyclés, mais pas les déchets ménagers, car ils nécessitent d’être lavés. Société à but non lucratif, ses actionnaires - qui ne sont pas rémunérés - sont des associations et des syndicats de professionnels qui fabriquent de la matière plastique pour les emballages.

Ça peut vous intéresser