2020-10-07T11:31:44Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dialogue-citoyen/nantes%20innovation%20forum/nif675.jpg

Actualités Publié le 07 octobre 2020

Myriam Revault d'Allonnes : "De nouvelles réponses doivent être élaborées"

Invitée du Nantes innovation forum, la philosophe offre quelques pistes de réflexion sur les rapports entre crise et innovation, crise et démocratie.

nif800.jpg

Quelle est selon vous la singularité de la crise sanitaire que nous traversons avec toutes ses ramifications ?

La singularité de cette crise, c’est qu’elle déborde le fait de la pandémie. Elle a sa source dans le domaine de la santé mais elle ne s’y limite pas. Elle bouleverse l’ensemble des activités et des expériences sociales et elle atteint également le vécu, la subjectivité des individus. Elle constitue  un « fait social total » qui touche à tous les domaines de l’existence.

Pourquoi les crises sont-elles des éléments de transformation ?

Si l’on part de l’étymologie, le mot grec krisis, issu du domaine médical, désigne le moment extrême, paroxystique, le moment « critique » où se décide l’issue, bonne ou mauvaise, de la maladie. Ce qui implique une décision qui n’est pas la conséquence de causes antécédentes. L’inattendu bouleverse l’ordre du temps ainsi que les repères habituels du jugement et de l’action. On ne peut en rester au statu quo sous peine de s’installer dans une sorte d’état de crise permanent.

Les crises ont pu faire basculer certains régimes démocratiques, peuvent-elles être aussi favorables à l'innovation, au renouvellement démocratique ?

Les crises portent en elles une force d’obligation : les questions doivent être reformulées ou posées différemment,  de nouvelles réponses doivent être élaborées. Elles conduisent souvent à des  bouleversements.  Ceci étant, invoquer l’ « innovation » (qui touche avant tout au domaine de la technologie) ne suffit pas à renouveler l’action politique et à revivifier la démocratie.

À noter

Ça peut vous intéresser