2020-02-14T08:57:55Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/services-administratifs/Conseil%20communautaire/CM14022020/gemapicens675.jpg

Actualités Publié le 14 février 2020

Un programme de six ans pour soigner les cours d’eau

La Métropole a adopté un programme d’action pour améliorer la qualité du Cens, du Gesvres, du Charbonneau et des marais de Couëron. Un travail sera mené en parallèle pour réduire les pollutions agricoles.

Le Charbonneau, à Carquefou, est l’un des cours d’eau visés par le programme d’actions visant à améliorer la qualité des cours d’eau du territoire.
Le Charbonneau, à Carquefou, est l’un des cours d’eau visés par le programme d’actions visant à améliorer la qualité des cours d’eau du territoire.

2% des masses d’eau sont aujourd’hui en bon état en Loire-Atlantique, et 11% en région Pays-de-la-Loire. Cette situation nécessite des actions déterminées. Dans le cadre de sa compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), Nantes Métropole lance donc un programme d’actions sur les bassins versants du Cens, du Gesvres, du Charbonneau et des Marais de Couëron sur la période 2020-2026. 

Après avoir conduit des études sur ces cours d’eau, six pistes d’actions principales sont envisagées :

Un engagement de 6,11 M€

Ces travaux représente une enveloppe globale de 6,11M€ à la charge de Nantes Métropole, avec un accompagnement financier de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, de la Région Pays-de-la-Loire, le Département de Loire-Atlantique et les syndicats de bassins versants.

En parallèle, un programme d’actions de lutte contre les pollutions agricoles du bassin versant de l’Erdre sera mené avec l’Edenn (Entente pour le développement de l’Erdre navigable et naturelle). Objectif : sensibiliser les agriculteurs afin qu’ils améliorent leurs pratiques dans le sens d’une moindre utilisation de pesticides (en cohérence avec le Projet alimentaire territorial de la Métropole), et mettre en place des “dispositifs anti transfert”, c’est-à-dire des haies, des talus, des zones tampons qui ont pour fonction de ralentir le ruissellement des eaux de surface et  favoriser ainsi leur infiltration et donc leur épuration. Coût total :  506 400 euros pour la période 2020-2022 avec une participation de 65 000 euros de la Métropole.

Plus d'infos sur la séance du Conseil métropolitain du vendredi 14 février 2020 Consultez les 21 points à l'Ordre du jour de la séance du Conseil métropolitain du vendredi 14 février 2020 (PDF ; 63 Ko)