2021-06-10T16:55:32Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/energies/Naoden-21-675.jpg

Actualités Publié le 10 juin 2021

Naoden transforme les déchets en énergie

Créée en 2015 et implantée dans le Bas-Chantenay, Naoden installe de petites centrales bioénergétiques qui permettent de produire un gaz combustible à partir notamment de déchets de bois.

Le fabricant vendéen de briques Bouyer-Leroux a acquis quatre mini centrales Naoden en 2020.
Le fabricant vendéen de briques Bouyer-Leroux a acquis quatre mini centrales Naoden en 2020.

Connaissez-vous la pyrogazéification ? Derrière ce mot barbare se cache un procédé qui permet de produire, à partir de déchets chauffés à 1000°C avec une quantité d'oxygène contrôlée, un gaz à même de remplacer le gaz naturel. Cette technologie a notamment été utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale pour alimenter les véhicules en période de pénuries d'essence. 

Une technique remise au goût du jour qui a permis à Naoden, de créer et de commercialiser des micro-centrales. « On a développé des solutions modulaires et standardisées qui vont s’implanter chez les industriels ou les collectivités, détaille Erik Mouillé, président et cofondateur de l'enterprise. L'intérêt, c'est de produire une énergie décentralisée. » La solution a en outre le mérite de permettre aux entreprises de gérer leur production de déchets.

Économie circulaire

Créée en 2015, et soutenue notamment par Atlanpole, Naoden est basée à Nantes, où elle dispose d'un local de 1300 m2. Et elle joue à fond la carte locale. « Dans notre schéma d'économie circulaire, il était important que nous puissions fabriquer en local, insiste Erik Mouillé. 90% des équipements sont donc produits sur rayon de 100 kilomètres, et nous assemblons nos équipements dans nos ateliers du Bas Chantenay. »

Et si la technologie est méconnue, elle commence à se faire une place. « Comme toute solution innovante, il y a des verrous à lever, psychologiques surtout, observe Erik Mouillé. Notre premier démonstrateur, installé en 2017 chez les Coteaux nantais, à Vertou, a fait beaucoup pour montrer l'intérêt de notre solution. » Depuis, les commandes s'enchaînent, avec, en 2020, une vente record de 4 micro-centrales au fabricant vendéen de briques Bouyer-Leroux. La machine est lancée : « En 2020, nous avons réalisé 800 000 euros de chiffre d 'affaires, et on vise plus de 2 millions en 2021. » 

Pour aller plus loin