2021-03-25T15:11:35Z https://metropole.nantes.fr/files/images/enseignement-recherche/fili%c3%a8re%20sant%c3%a9/papier%204%20entreprises675.jpg

Actualités Publié le 25 mars 2021

Quatre pépites nantaises en pointe dans la lutte contre le Covid

Tests, vaccins, traitements, la filière biotech nantaise attaque tous azimuts sur le front du Covid-19. L’innovation au service de la santé de tous. Focus sur quatre d’entre elles.

Xenothera, Valneva, Eurofins ou Ose Immunotherapeutics ont tous un rôle à jouer dans la lutte contre le Covid-19.
Xenothera, Valneva, Eurofins ou Ose Immunotherapeutics ont tous un rôle à jouer dans la lutte contre le Covid-19.

Eurofins, la pépite devenue géant

Ils étaient 4 en 1987, ils sont désormais près de 50 000 à travailler pour l’entreprise nantaise créée par Gilles Martin, dont le chiffre d’affaires annuel dépasse aujourd’hui les 4,5 milliards d’euros. Au départ, Eurofins a industrialisé et commercialisé une technologie qui permet d’analyser la pureté des aliments et des boissons. Une histoire de famille puisque cette technique avait été mise au point par… les parents de Gilles Martin, Gérard et Maryvonne, tous deux chercheurs à l’Université de Nantes. Face à la crise sanitaire, Eurofins a notamment lancé des tests Covid à réponse rapide, mais aussi fait un don de 100 000 tests PCR aux hôpitaux.

Valneva, son vaccin a séduit les Britanniques

Elle s’appelait Vivalis, et se spécialisait dans la génétique aviaire depuis sa création en 1999 par Franck Grimaud. Lancée avec trois salariés dans les locaux du CHU et accompagnée par Atlanpole, l’entreprise a fusionné avec l’Autrichien Intercell et développé des vaccins contre le choléra et l’encéphalite japonaise. Valneva a développé un vaccin contre le Covid-19, actuellement en tests, pour lequel le Royaume-Uni a commandé 100 millions de doses et la construction d’une unité de production et d’essai clinique outre-Manche.

OSE Immunotherapeutics, la carte immunothérapie

Cinq ans après son démarrage à la fusion de la  start-up nantaise Effimune (créée par Maryvonne Hiance) et de la start-up parisienne Ose-Pharma, OSE Immunobiotherapics travaille sur les maladies auto-immunes, le cancer. Elle compte désormais 26 salariés à Nantes et 18 à Paris. Ose Immunotherapeutics a développé un candidat vaccin au Covid-19 en cours de tests, baptisé CoVepiT. Le principe : des peptides (molécules composées d’acides aminés) sont sélectionnés grâce à l’intelligence artificielle et stimuleront le système immunitaire du patient, pour que celui-ci conserve une mémoire plus robuste du virus. Elle a bénéficié d’une aide de 200 000 euros de Nantes Métropole dans le cadre du Fonds innovation santé.

Xenothera, du renfort pour nos anticorps

Créée en 2014, Xenothera compte 15 salariés à son siège de Nantes. Elle a développé un traitement anti-Covid, en cours de tests, qui s’appuie sur une technologie innovante de production d’anticorps. Ces anticorps sont similaires à la réponse naturelle de notre corps, et viennent donc en renfort pour lutter contre l’infection. Xenothera, qui a elle aussi bénéficié d’une aide de 200 000 euros de Nantes Métropole dans le cadre du Fonds innovation santé, a l’avantage de disposer d’une bonne connaissance des infections à coronavirus, sujet sur lequel l’équipe travaille depuis plus de quatre ans, bien avant le début de la pandémie actuelle. 

Fonds innovation santé

Lancé en avril 2020 par Nantes Métropole, le fonds innovation santé vise à soutenir les entreprises et laboratoires dans leurs projets d'innovation, de recherche ou d’essais cliniques liés à la crise sanitaire du COVID-19. Il a été doté d'1 million d'euros. 9 projets ont pu en bénéficier depuis le lancement.