2022-11-30T18:10:55Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/cinema/bonne%20garde/Bonne%20Garde%20lead_800.jpg

À 92 ans, le cinéma Bonne Garde fait peau neuve

Actualités Publié le 30 novembre 2022

Le public l’a retrouvé après trois mois de fermeture pour travaux. Le cinéma associatif du quartier Nantes Sud, situé à quelques pas de Pirmil, est resplendissant.

Pour ses 92 printemps, le cinéma du quartier Nantes Sud s'est offert une cure de jouvence, nécessaire afin de permettre son accès aux personnes à mobilité réduite.
Pour ses 92 printemps, le cinéma du quartier Nantes Sud s'est offert une cure de jouvence, nécessaire afin de permettre son accès aux personnes à mobilité réduite.

Aux portes du cinéma Bonne Garde, une quarantaine de lycéens et lycéennes attendent de rentrer en salle. En caisse, pour les réceptionner, Véronique. Car ici, ce sont plus de 80 bénévoles qui se relayent chaque jour pour accueillir, projeter mais aussi mettre au point la programmation et animer le lieu. Dans le quartier Nantes Sud, la solidarité est un héritage. « Il y a quarante ans, les quartiers du sud étaient isolés du reste de la ville car il n'y avait pas assez de ponts. La solidarité était de mise entre les habitants, c'est quelque chose qui est resté ! » témoigne Christine, autre bénévole du cinéma.

Si le secteur connaît des soubresauts depuis la pandémie, Bonne Garde n’est pas en crise. Très ancré dans son quartier et s'adressant à tous les publics, le petit cinéma accueille chaque année 25 000 spectateurs et spectatrices dans sa salle. La recette ? Une programmation variée, des événements, des tarifs modestes, pour des films rediffusés à partir de cinq semaines après leur sortie nationale. Le public vient de Saint-Jacques, Pirmil, Saint-Sébastien, l'Île de Nantes et même au-delà. « Les gens attendent que cela passe chez nous, viennent pour des raisons économiques, ou encore c'est la "séance rattrapage" ! » expliquent en chœur Serge et Armelle, bénévoles de l'association.

« L'esprit du cinéma de quartier »

Le cinéma a donc retrouvé son public début octobre, après plusieurs mois de travaux et trois mois de fermeture, qui ont permis d'ajouter un accesseur PMR et des sanitaires aux normes, et de métamorphoser le hall. « Nous avons été attentifs à ne pas perdre l'esprit du cinéma de quartier, et proposer quelque chose qui plaît à tous », explique Serge. Loin d'être un compromis, le rendu recueille un large consensus, faisant cohabiter histoire et modernité, douceur et convivialité.

Aux murs, des affiches recouvertes d'une peinture à l'eau, ou encore une série de portraits de personnalités engagées. Agnès Varda, Jacques Demy, Leïla Bekhti, Jean-Pierre Bacri, ou encore Bourvil dont le fils habite le quartier. « Des gens connus avec un regard bienveillant par rapport aux petits du cinéma », explique Serge.

En visite au cinéma Bonne Garde

Christine, Armelle et Serge, bénévoles engagés et garde rapprochée du cinéma associatif.
Christine, Armelle et Serge, bénévoles engagés et garde rapprochée du cinéma associatif (photos © Patrick Garçon).
L'enjeu premier des travaux était d'installer un ascenseur permettant l'accès à la salle pour les personnes à mobilité réduite.
L'enjeu premier des travaux était d'installer un ascenseur permettant l'accès à la salle pour les personnes à mobilité réduite.
Le nouveau mobilier a été réalisé avec du bois de récupération, commandé à une entreprise locale. « Cela s'inscrit dans une démarche et correspond à notre ADN », explique Serge.
Le nouveau mobilier a été réalisé avec du bois de récupération, commandé à une entreprise locale. « Cela s'inscrit dans une démarche et correspond à notre ADN », explique Serge.
Dans le hall, trône un vieux projecteur 16mm, témoignant de l'ancienneté du cinéma, ouvert en 1927.
Dans le hall, trône un vieux projecteur 16mm, témoignant de l'ancienneté du cinéma, ouvert en 1927.
Des emplacements PMR ont également été rajoutés dans la salle.
Des emplacements PMR ont également été rajoutés dans la salle.
En cabine, la projection est assurée par un ou une bénévole.
En cabine, la projection est assurée par un ou une bénévole.

Le cinéma est ainsi prêt à vivre sa deuxième jeunesse. Les activités ont repris avec, au minima, trois séances le dimanche dont une séance famille et une séance sous-titrée français permettant aux sourds et malentendants de venir au cinéma, une séance chaque soir, ainsi que des séances pour les scolaires en journée. Mais la spécificité de ce cinéma classé Art et essai et labellisé jeune public, c'est avant tout ses événements : chaque lundi la séance « Ciné-débat », le vendredi « Un film, une mousse » pour discuter et se rencontrer, mais aussi des séances « Premier ciné » où un diplôme est remis aux enfants.

En préparation également, une programmation jeune public pour les vacances de fin d'année, ainsi que la première édition du « Grand réveillon » : « Une soirée pétillante et différente, avec au programme apéritif, films, dîner, jeux, dance floor et même karaoké ! » annonce Armelle, bénévole qui pilote ce projet. L’association espère ainsi rassembler habitants, familles, cinéphiles et personnes isolées, autour d'un temps convivial, le temps d'un début de soirée ou toute la nuit, jusqu'au café-croissant de la nouvelle année. Autant d'occasions de découvrir ou redécouvrir son cinéma de quartier.

Pratique

Cinéma Bonne Garde, 20 Rue Frère-Louis, 44200 Nantes
Tarifs 5€ / 4,50 € / - 25 ans : 4€ / Carte Blanche 3€.
Programmation sur le site du cinéma.