2022-03-30T16:02:29Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/Maison%20de%20Nicod%c3%a8me/maison%20de%20nicodeme675.jpg

Actualités Publié le 30 mars 2022

Maison de Nicodème : 18 lits dédiés aux soins palliatifs au cœur de la ville

La structure accueille ses premiers patients lundi 4 avril 2022. Avec ses 18 lits, elle permet d’améliorer l’offre de soins dédiés à la fin de vie dans la région. 

Une cinquantaine de professionnels interviennent au sein de la Maison de Nicodème. © Rodolphe Delaroque
Une cinquantaine de professionnels interviennent au sein de la Maison de Nicodème. © Rodolphe Delaroque

Il y a 6 fois moins de lits de soins palliatifs dans les Pays de la Loire qu’en Île-de-France. C’est fort de ce constat que l’association Maison de Nicodème et l’Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve, en lien avec l’Agence régionale de santé, ont décidé d’ouvrir une structure dédiée à la fin de vie à Nantes. Nichée au 37 rue Gaston-Turpin, à deux pas de la Maison des aidants, la Maison de Nicodème accueille ses premiers patients lundi 4 avril. « C’est une maison à taille humaine, au cœur de la ville. Ouverte à tous et en particulier aux personnes les plus fragiles, nous voulons que chacun s’y sente bien, comme à la maison », explique Stéphane Gallet, président de l’association Maison de Nicodème.

« Un défi d’humanité »

Niché dans un écrin de verdure, l’établissement est entouré d’un jardin, d’un potager et d’un verger.  Doté de 18 lits, il dispose de différents espaces : salle à manger et cuisine partagées, terrasses, lieux d’intimité pour les patients et leurs familles. L’équipe soignante est composée d’une cinquantaine de professionnels :  médecins, infirmiers, aide-soignants, psychologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, assistante sociale… En complément, des bénévoles de l’association, formés « à la spécificité des soins palliatifs, du traitement de la douleur et des symptômes d’inconfort », interviennent quotidiennement.  « Mettre la qualité de la relation au cœur du projet de soins, comme élément central de l’arsenal thérapeutique est un défi d’humanité, souligne Stéphane Gallet. C’est du sur-mesure pour chaque personne ».

Lumineuses, les chambres ont profité d’un aménagement minutieux. Les proches peuvent rester dormir auprès du patient ou dans le studio réservé. © Rodolphe Delaroque
Lumineuses, les chambres ont profité d’un aménagement minutieux. Les proches peuvent rester dormir auprès du patient ou dans le studio réservé. © Rodolphe Delaroque
Un salon est spécialement dédié aux familles. © Rodolphe Delaroque
Un salon est spécialement dédié aux familles. © Rodolphe Delaroque
La Maison de Nicodème est installée sur une surface de près de 6 000 mètres carrés. Les résidents et leurs familles peuvent profiter d’espaces verts. © Rodolphe Delaroque
La Maison de Nicodème est installée sur une surface de près de 6 000 mètres carrés. Les résidents et leurs familles peuvent profiter d’espaces verts. © Rodolphe Delaroque

Partenaires, la Ville de Nantes et Nantes Métropole ont été sollicités dès le début de la conception du projet. « La maison s’inscrit dans un environnement idéal. Elle met au centre de la ville, au centre de la vie, des questions qui nous concernent toutes et tous : la fin de vie est une réalité concrète, trop souvent cachée. Mettre au cœur des activités urbaines le tabou, l’intime, c’est lui donner une dimension sociale forte », témoigne Marlène Collineau, déléguée à la santé pour la Ville de Nantes.